Un meilleur accompagnement des personnes endettées

social
endettement en Guyane
Fin novembre 2013, 164 dossiers de surendettement ont été recensés en Guyane. Un chiffre en baisse par rapport à 2013 qui cache une autre réalité : nombreuses sont les personnes qui ne font pas les démarches nécessaires. L'IEDOM annonce une évolution dans le traitement des dossiers début 2014.
Une personne en situation de surendettement ne peut plus rembourser ses mensualités de crédit et ses dettes malgré les efforts fournis. Elle doit alors constituer un dossier pour le remettre à la Banque de France. Dans les DOM elle doit s'addreser à l'Insitut d'Emission des Départements d'Outre-mer. 

164 dossiers déposés en 2013 

Fin novembre 2013, 164 dossiers ont été déposés en Guyane. C'est 7% de moins que l'année dernière à la même période. Si la proportion de surendettés par rapport à la population totale est faible en Guyane (elle est quatre fois inférieure qu'en métropole), elle cache une autre réalité. Un grand nombre d'individus hésitent a faire les démarches, qui mettraient leur situation au grand jour.

Profil des surendettés

D'après les données récoltées par l'IEDOM il existe un profil type du surendetté. Il s'agit majoritairement d'un individu célibataire, âgé entre 35 et 54 ans, au chômage avec au moins un enfant à charge. Dans 70% des cas le surendettement survient après un coup dur de la vie comme un divorce, un licenciement, un décès...
Mais il existe aussi des victimes collatérales comme les étudiants qui ne peuvent avoir accès aux bourses d'Etat. En effet le critère principal est le revenu brut global de la famille, ce qui ne prend pas en compte la capacité de financement.

L'IEDOM va simplifier les procédures

A partir du premier janvier 2014, les procédures dans l'élaboration d'un dossier seront simplifiées par l'IEDOM ce qui favorisera leur suivi. Le droit au compte banquaire entrera également en vigueur. Toute personne s'ayant vu refuser l'ouverture d'un compte par une banque pourra s'adresser à l'institut qui exigera l'ouverture de celui-ci dans l'un des établissements du territoire. Par ailleurs les mesures concernant le logement et l'accompagnement social seront renforcées. 

Le but de cette institution est aussi de rappeler les engagements des établissements bancaires et des individus dans cette relation bilatérale. 

Reportage Antony Hilaire et Martial Gritte



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live