publicité

La loi d'avenir pour l'agriculture acceptée par l'Assemblée Nationale

Le projet de loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt a été adopté ce mardi à l'Assemblée nationale. Il permettra de renforcer la compétitivité des filières agricoles et forestières mais devra être débattu au Sénat en avril prochain avant adoption définitive

Les bovins suscitent l'intérêt particulier du public. © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Les bovins suscitent l'intérêt particulier du public.
  • Par Thomas Gouin
  • Publié le
Bonne nouvelle pour le monde agricole, l'Assemblée nationale a adopté en première lecture, ce mardi, le projet de loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt.
Ce dernier, porté par le ministre Stéphane LE Foll, est largement passé avec 332 voix pour (socialistes, écologistes, radicaux de gauche), et 205 contre (UMP). Cependant, pour que ce texte soit adopté définitivement, il devra être débattu au Sénat au mois d’avril prochain. Si tout va bien, l’adoption définitive devrait intervenir à la fin du premier semestre.


L’environnement mieux pris en compte

Ce projet de loi permettra de renforcer la compétitivité des filières agricoles et forestières tout en passant d'un modèle productiviste à un modèle tenant compte de l'environnement basé sur l'agro-écologie.
Avec un volet Outre-mer, ce projet de loi concerne directement la Guyane : la loi sera adaptée avec l’introduction de dispositifs spécifiques.  
La députée de Guyane Chantal Berthelot, qui a travaillé pendant de longs mois sur ce projet de loi avec son collègue Hervé Gaymard, se dit satisfaite de la conciliation future entre la performance économique et écologique. Elle se réjouit par ailleurs du rôle renforcé des institutions locales dans le pilotage des politiques agricoles.

Chantal Berthelot au micro de Jessy Xavier

Chantal Berthelot

Les GI2E dont parle la députée Chantal Berthelot signifient « Groupements d’intérêt économique et environnemental ». Créés par cette nouvelle loi, ils permettent aux agriculteurs de se regrouper pour réaliser des projets orientés vers l’agriculture écologique et obtenir des aides spécifiques.

Le verre à moitié vide pour les jeunes agriculteurs

Cependant Jean-Hyrbert François, président du Syndicat des Jeunes Agriculteurs, affirme que des efforts restent à faire notamment lors de l’installation de ses confrères : « on donne des terres totalement isolées du reste du monde sans un accès à l’eau, l’électricité et le téléphone ».  

Jean-Hybert François au micro de Jessy Xavier

Jean Hyrbert François


Sur le même thème

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play