guyane
info locale

Alain Edmund prend la tête de l'Institut Médico-Educatif Départemental

social
Un administrateur provisoire est nommé à l'Institut Médico-Educatif Départemental
©S. Deie
Après plusieurs mois de turbulences au sein de  l'IMED, un administrateur provisoire a été nommé par l'Agence Régionale de Santé. Alain Edmund a pris ses fonctions à l'occasion d'une assemblée générale du personnel, en présence du président du Conseil d'administration de l'IMED, Claude Plenet.
Exit la direction par intérim, place à l'administration provisoire à la tête de l'IMED. Alain Edmund qui fut notamment directeur général de l'association l'Ebène a été nommé par l'Agence Régionale de Santé Clara De Bort, directrice de l'Agence Régionale de Santé :

"d'abord rétablir la confiance, on règle certaines difficultés qui doivent être réglées, et ensuite on construit la feuille de route ensemble, et au cours des 6 mois, il y aura aussi l'élaboration d'une fiche de poste pour trouver un directeur pérenne à l'issue de l'administration provisoire."


Les négociations engagées au mois de décembre ont repris ce matin, l'une des priorités de l'administration provisoire : renouer le dialogue.
Alain Edmund, administrateur provisoire de l'IMED :

"aujourd'hui la priorité c'est de décoincer ce conflit qui existe depuis un petit moment, faire le nécessaire pour la prise en charge des usagers de l'institution, le plus rapidement possible et dans les meilleures conditions."


Cette nouvelle administration peut-elle mettre fin au conflit? les grévistes ont bon espoir.
Eric Miatti, secrétaire général santé et social à la CFDT-CDTG :

"nous n'avions plus d'interlocuteur pour aller au bout de cette négociation afin d'arrêter des points qui vont être mis en oeuvre et surtout exercer de manière très rigoureuse un suivi pour que nous n'ayons pas à refaire chaque année le même exercice."


6 mois pour remettre l'IMED sur de bons rails, et tenter de trouver une solution pour les 33 jeunes déficients intellectuels qui n'ont plus de structure d'accueil depuis la fermeture en décembre dernier, du Centre Médico-Educatif de Rémire-Montjoly.
©S.Deie