Avec 9 038 voix, Jean-Victor Castor est le nouveau député de la 1ere circonscription

élections
Portrait de Jean-Victor Castor ©Page Facebook Jean-Victor Castor 2022
Jean-Victor Castor est donc le nouveau député de la 1ere circonscription. Il a gagné ce deuxième tour des Législatives 2022 face à Yvane Goua.

Avec 9 038 suffrages (56,53%), Jean-Victor Castor remporte ces élections Législatives 2022 au terme de plusieurs semaines de campagne intensive. Il obtient le siège très convoité laissé vacant par Gabriel Serville devenu président de la CTG en juin 2021. Il était opposé à la candidate Yvane Goua, porte-parole de l'association Trop Violans’ qui avait su convaincre les électeurs de la première circonscription en récoltant 20,77 % des suffrages lors du 1er tour.

Jean-Victor Castor, le candidat du Mouvement de Décolonisation et d’Emancipation Sociale (MDES), est une figure militante en Guyane. Lors du premier tour des élections législatives, il avait obtenu 17,30% des votes. Engagé, militant depuis des années, il porte la voix de son parti. Dès l'annonce des résultats, il a réagi avec beaucoup d'émotion dans son QG de campagne. 

Qui est le nouveau député de la 1ere circonscription ? 

Jean-Victor Castor
Jean-Victor Castor

Jean-Victor est né le 21 avril 1962 à Sinnamary. Septième d'une fratrie de huit enfants et fils de parents instituteurs, il fait ses études sur Cayenne jusqu'au lycée. Durant son adolescence, il découvre et s'engage dans les mouvements de lycéens dès l'âge de 16 ans. Il part en France afin d'y poursuivre ses études de chimie et milite à l'Union des Étudiants Guyanais (UEG). De retour au pays en 1985, il participe à la création du journal Rot Kozé, en 1990, et du Mouvement de Décolonisation et d'Émancipation Sociale, en 1991. Il milite activement à l'Union des Travailleurs Guyanais dont il devient membre de la direction et participe aux grandes mobilisations, notamment dans l'entreprise dans laquelle il travaille : EDF. C'est à l'occasion de la dernière grande grève à EDF qu'il subit la répression syndicale et est licencié. Il reprend ses études et part se former en France dans un nouveau secteur d'activité. Il revient avec un diplôme de technicien projeteur en génie climatique. 

Aujourd'hui, il est chargé d'affaires dans une grande entreprise. Jean-Victor Castor a participé à l'ensemble des mouvements sociaux et syndicaux depuis 1986 : Mouvement Syndical Unifié en 1992, Novembre 1996 pour l'obtention du Rectorat, de l’Académie de la Guyane. Il a d'ailleurs a fait partie de la vague d'arrestations et de déportations vers les Antilles de la jeunesse et des militants politiques (tous sont relaxés et indemnisés dans cette affaire). Il y a aussi eu le mouvement de 2013 pour l’université de la Guyane et ceux de 2017.

Elu à la Région de 1998 à 2004, il participe aux mobilisations populaires et aux négociations politiques avec les gouvernements de gauche, comme de droite, à propos d’un statut d’autonomie pour la Guyane. Lors des manifestations en 2001, il révèle avoir été victime "d'une tentative d'assassinat par les gardes mobiles". En 2012, il devient secrétaire général du MDES, et occupe également différents mandats d'élu local à la Région, à la Municipalité de Matoury et à la CACL. Il cède son mandat d'élu de l'opposition de la mairie début 2022 à Vanessa Alphonsine, afin de se consacrer pleinement, s'il est élu, à son mandat de parlementaire. Depuis octobre 2018, il est le président de la Ligue d’Athlétisme avec "des résultats historiques et une reconnaissance incontestable du monde sportif".