Bolsonaro décrète trois jours de deuil national au Brésil après le décès de la reine d’Angleterre Elisabeth II

océan atlantique
La mort d'un chef indigène, conséquence de la politique de Jair Bolsonaro
EVARISTO SA / AFP ©EVARISTO SA / AFP
Depuis l’annonce du décès de la reine Elizabeth II le 9 septembre, les hommages ont été nombreux partout dans le monde pour saluer un règne exceptionnel de 70 ans. Au Brésil le président Bolsonaro a même décrété un deuil national de 3 jours. Une décision qui a surpris plus d’un et dont l’explication se trouverait dans l’histoire du Brésil.

Ces 3 jours de deuil national décrétés au Brésil après la mort de la reine Elizabeth II, cela a de quoi intriguer. Quel est le lien si particulier qui unissait le géant sud-américain culturel avec le Royaume Uni ?

Une certaine nostalgie de l’époque de la royauté

 Selon RFI, il faut remonter dans le temps et se resituer à l’époque où il existait une royauté au Brésil de 1822 à 1889 sous le règne de la maison d’Orléans-Bragance. Une monarchie impériale associé à un souverain qui a marqué l’histoire Dom Pedro II (1825-1891) qui, pendant près d'un demi-siècle, a régné sur le jeune empire sud-américain avant d'en être banni en 1889.

Il ne faut pas oublier, non plus, que les échanges commerciaux entre le Brésil et le Royaume Uni ont été très fructueux du début du 18e jusqu'à la fin du 19e. 

En décrétant ce deuil national, le président brésilien ferait un appel de pied à son électorat conservateur nostalgique de la monarchie brésilienne du 19e. En effet, selon les sondages, un brésilien sur trois serait favorable au retour sur le trône de la maison d’Orléans-Bragance. Le prince Luiz-Philippe d’Orléans-Bragance est pour l’instant député, donc un élu mis en place démocratiquement. Lors de la célébration du bicentenaire du Brésil, le président était aux côtés de la famille royale, affichant ainsi ses convictions royalistes.

En attendant, Jair Bolsonaro prévoirait de se rendre aux funérailles de la défunte Elisabeth II, le lundi 19 septembre.