Cancun, Curaçao, les Etats-Unis, le Brésil : quelles sont les destinations préférées des Guyanais ?

tourisme
Avion Air Caraïbes arrivant à Juliana Sint Maarten SXM Saint-Martin
©DR
Les Guyanais rêvent d’évasion… fini le temps où les destinations classiques comme le Brésil, l’hexagone ou le Surinam étaient leurs lieux favoris. Aujourd’hui, ils ne font qu’y transiter. Ils rêvent d’horizons lointains. Pour preuve, l’activité aéroportuaire est en hausse : c’est presque le retour à la normale, avant la crise sanitaire.
lunettes illustration
Les vacances, du soleil plein les yeux ©DR

Sandra revient d’une croisière dans les Caraïbes. Juilletiste, elle a recommencé déjà à travailler. Bronzée, heureuse, épanouie, elle a réservé son séjour depuis plusieurs mois dans une agence de voyage. En 2022, il lui fallait découvrir de nouvelles destinations après plusieurs années d’enfermement. Durant la crise sanitaire, elle se l’était promis.

J’ai pris mon billet depuis le mois de mai car je savais que les prix flamberaient. Ensuite je me suis organisée. J’avais envie de découvrir d’autres pays, d’être gâtée, de farnienter et de siroter chaque moment. Je suis contente de mon choix. Il faut juste s’organiser.

Sandra

Cette année, nombreux sont comme Sandra qui se sont organisés en choisissant très à l’avance leurs destinations. Ils ont pris le risque de réserver en faisant fi de l’urgence des mesures de restrictions sanitaires. Et ils ont eu raison car les frontières ont été rouvertes dans le monde entier. Les restrictions pour voyager sont désormais terminées. Si beaucoup de vacanciers sont déjà partis en juillet, le mois d’août risque d’être tout aussi prisé.  La saison estivale se poursuit et les vacances aussi. 

Un trafic aérien en hausse

Zone départ aéroport Félix Eboué
©Guyane la 1ère

Depuis juin dernier, au départ de la Guyane, les avions sont pleins. Les compagnies aériennes ont rajouté des vols supplémentaires pour faire face à la demande. Malgré la hausse du prix des billets d’avion suite à la surcharge carburant, les places libres sont rares. L’aéroport Félix Eboué renoue avec les beaux jours. 

Le trafic aérien a considérablement augmenté vers l’hexagone mais aussi les Antilles. L’année 2019 est l’année de référence. En deux mois, le nombre de  voyageurs s’est intensifié. En 2019,  de janvier à juillet 332 136 passagers étaient passés par l’aéroport Félix Eboué. En 2022, grâce à ses deux derniers mois ils sont 272 250, soit un écart de -18 % par rapport à l’année de référence. C’est mieux qu’en 2020, où l’écart était de -55, 3%.

En 2022, c’est la reprise du trafic. Il n’y a pas de mesures de freinage. Il y a moins de restrictions et les gens recommencent à voyager. Les Guyanais bougent, et nous retrouvons le trafic de référence de 2019. Sur les 7 derniers mois, nous sommes à -18 % par rapport à 2019 et en 2021, année Covid à -83 %. L'écart est significatif. Ce sont des chiffres évocateurs. Ils signifient la reprise de l’activité. Pour la fin de l’année nous espérons retrouver une activité pleine. En juillet ce sont des voyageurs qui ont acheté des billets avant la taxe sur la surcharge du carburant, donc ils se sont organisés. C’est surtout en décembre que nous pourrons faire un point afin d’élaborer des comparaisons 2021-2022.

Paul Cheung A Long directeur aéroport Félix Eboué

Etats-Unis, Cancun, Curaçao, des destinations rêvées

monnaie
Statue de la liberté, à New-York. ©ALEXEY FILIPPOV / SPUTNIK

Sans surprise, Paris, est la première destination au départ de l’aéroport Félix-Éboué. Mais les Guyanais osent sortir de leur zone de confort et découvrir de nouvelles destinations. Les Etats Unis par exemple ou la Colombie sont des destinations très prisées désormais.

La Guyane reste enclavée, il n y a pas de vols aujourd’hui vers le sud et vers le nord, les vols sont chargés vers Paris idem pour les Antilles.  D’autres agences de voyage ont affrété des vols vers le Brésil, mais il faut pour s’y rendre, un passeport sanitaire. Nous avons beaucoup de demandes vers les Etats-Unis, via le Surinam grâce à American Airlines. J’ai senti également plus de demandes ver la Colombie. Il y a une véritable volonté de bouger et la clientèle ne se refuse rien. Pour les retardataires, de mai et de juin, les prix sont plus élevés. C'est normal compte tenu de la hausse du prix du carburant.

Pierre Delattre directeur agence Atlas

Les vacances : un budget

Martinique paquebot
Bateau de croisière accosté à la Pointe Simon à Fort de France. ©carolinepopovic

Des prix élevés pour les retardataires. Les autres ont économisé pour s’offrir les vacances de leurs rêves : Curacao, Cancun, Miami, le Maroc ou encore Dubaï, les destinations dites exotiques sont prisées.

L’an dernier, a demande a fortement repris. Les gens ont besoin de partir il y a moins de restrictions. Ils ont eu envie de se faire plaisir. Les tarifs sont abordables quand on s’y prend tôt. Nous avons mis en place des comptes voyages. Nos clients économisent toute l’année et font leurs choix en fonction des destinations que nous offrons. Nous avons également mis en place des packages à la carte. Chacun y trouve son compte.

Marcia Garat conseillère en voyages Sélectour

Sur le plan national, si d’après les chiffres d’Air France, une augmentation des voyages en Europe est observée, les destinations à l’étranger ont  la cote, notamment l’Amérique du Nord, comme l’explique Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage, à l’AFP :" les États-Unis et le Canada marchent très fort, tout comme l’Amérique centrale". 

Les vacances au pays, c’est bien aussi. L’occasion de découvrir des lieux magiques que seule peut offrir la Guyane. L’important est de profiter pleinement de ces moments de dépaysement. Le mois d’août ne fait que commencer.