Yi Xiong agricultrice, vit un cauchemar, faute de point de vente, elle a perdu la totalité de sa production

coronavirus macouria
Agricultrice Hmong
©Stéphane Floricien
Elle s’appelle Yi Xiong, elle est agricultrice. Sa production n’a pas pu être écoulée, faute de point de vente. Des centaines de kilos de tomates perdues. Perdue, comme cette femme de 50 ans, au bord de la crise de nerfs. 
Elle s’appelle Yi Xiong agricultrice Hmong en Guyane depuis 20 ans. Elle a, comme d’autres pu recevoir une aide  de 1500 euros depuis le début de la crise sanitaire, une fois, au mois de mai. Sa production n’a pu être écoulée faute de point de vente. Des centaines de kilos de tomates cultivées en terre se sont ainsi retrouvées perdues. Perdue, comme cette femme de 50 ans, au bord de la crise de nerfs. Une situation typique des agriculteurs de la filière végétale de l’agriculture en Guyane.


Plus de point de vente

C’était ici tous les samedis matins, le marché des producteurs locaux à Cayenne. Mais depuis le confinement le propriétaire du supermarché a décidé de fermer. C’était le seul point de vente de Yi Xiong. Aujourd’hui, ses seuls déplacements se résument aux 15 mn d’un chemin boueux qui sépare sa maison de son exploitation de 15 hectares à la Carapa : des serres de tomates invendues, qui laissent Yi et son mari dans le flou quant à leur avenir. 400 à 500 kg de tomates, 200kg de choux, autant de concombres : leur production hebdomadaire avant le confinement. Mais depuis 3 mois, elle ne vend plus rien.
Yi Xion agricultrice à Macouria explique :

"J'aurais bien aimé aller vendre. Il y a des mains qui travaillent, derrière toutes les productions. Le petit nombre de marchés mis en place par les élus n'est pas suffisant. Je ne peux pas aller me battre pour avoir un emplacement. Cela ne concerne pas quelqu'un comme moi. Ma production est trop importante." 


La détresse d'une agricultrice

Agricultrice Hmong
©Stéphane Floricien
Tailler, palisser, désherber, arroser à l’eau de pluie, c’est son métier. Depuis la crise sanitaire, cette quinquagénaire a l’impression de vivre à vide.
Yi Xiong se confie :

"Je suis en colère. Je suis en détresse, je ne sais pas à qui m'adresser. Je n'ai pas la force de me battre, d'aller frapper à toutes les portes. On me dit travaille. Je n'ai jamais été au chômage de toute ma vie, j'ai toujours travaillé et là mon activité ne m'apportera pas suffisamment de quoi vivre. Je n'ai qu'une envie dire à mes enfants ne faites pas cette activité qui nous tue, nous use, en agrriculture on survit,on ne vit pas." 


Le désir de tout abandonner

Agricultrice Hmong
©Stéphane Floricien
Prisonnière du manque de points de vente sur l’île de Cayenne, Yi et les quatre autres familles hmongs de la Carapa sont au point de rupture, comme de plus en plus d’agriculteurs de la filière végétale qui songent à tout abandonner et à quitter le secteur.
Le reportage de Stphane Floricien

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live