publicité

CHOG : un programme pour mieux traiter les cancers chez les séniors

7 cancers sur 10 se déclarent après 75 ans. La cancérologie du sujet âgé, l’oncogériatrie est un enjeu majeur de santé publique. Elle associe deux approches : celle des spécialistes du cancer et celle des gériatres. Une méthode appliquée au CHOG, le centre hospitalier de l'Ouest Guyanais.

Le CHOG de Saint-Laurent du Maroni © Eric Léon
© Eric Léon Le CHOG de Saint-Laurent du Maroni
  • Maéva Myriam Ponet /MCT
  • Publié le
7 cancers sur 10 se déclarent après 75 ans. La cancérologie du sujet âgé, l’oncogériatrie est devenue un enjeu majeur de santé publique. Elle associe deux approches : celle des spécialistes du cancer et celle des gériatres. Cette dernière est appliquée au CHOG, l’occasion de faire un point sur les traitements en place dans l’ouest depuis l’ouverture du nouveau site aux Sables Blancs.


L'oncogériatrie pour mieux traiter les séniors

Le hall d'accueil du CHOG dans l'établissement situé aux Sables Blancs © CL
© CL Le hall d'accueil du CHOG dans l'établissement situé aux Sables Blancs
Pendant des années, les traitements du cancer pouvaient être inadaptés aux personnes âgées. Aujourd’hui, l’oncogériatrie prend en compte la fragilité des séniors. Au centre hospitalier de l’Ouest Guyanais en 2017 : 60 personnes ont été diagnostiquées. Depuis, grâce à l’offre de soins mise en place, le volume a augmenté. En 2018 : 120 patients tous âges confondus connaissent leur diagnostic. Les sujets âgés de plus de 70 ans représentent environ 40 % des malades.


Des patients fragilisés 

Les types de cancers les plus courants chez les personnes d’un grand âge sont "les cancers de la prostate, du sein mais aussi du colon et du rectum". Des patients souvent fragilisés à cause de leur âge avancé.
Docteur Olivier Angénieux médecin gériatre gérontologue précise : 

"Au vieillissement naturel vont s'ajouter des maladies spécifiques, et avec l'âge des phénomènes de dénutrition qui vont entraîner de plus grandes difficultés pour se battre contre le cancer". 

 


Trois volets de traitement 

La façade ouest du CHOG © CL
© CL La façade ouest du CHOG
Pour mettre en place ce programme, le CHOG s’est associé au Centre de lutte contre le cancer Léon Berard de Lyon.Tous les trois mois, des oncologues viennent en mission pour coordonner la mise en place des prises en charges des patients. Pour lutter contre le cancer, trois volets de traitement existent. 


Un projet avec le Surinam 

Les traitements chirurgicaux localisés qui se pratiquent uniquement à Cayenne et à Kourou. Le CHOG pour l’instant n’a pas encore l’autorisation de pratiquer ces chirurgies.
Le deuxième volet est la radiothérapie. Il n’existe aucun centre de radiothérapie en Guyane. Le plus proche est en Martinique. Mais depuis quelques mois, un projet de coopération est à l’étude avec le Suriname
Docteur Bill Baron Wankpo medecin cancérologue explique :

"Il ya un vrai mélange des populations. On a une grande clientèle qui vient de là-bas. On étudie des pistes pour que certains malades puissent être traités au Surinam". 


Enfin, la chimiothérapie représente le troisième volet des traitements. Le CHOG aura bientôt l’occasion de disposer de ce programme. Le démarrage était prévu au début de l’année, mais toutes les conditions ne sont pas encore réunies. Un service très attendu par les patients qui pour l’instant font près de 600 kilomètres pour réaliser leur séance de chimiothérapie à Cayenne.
Cancer : des soins pour les séniors


 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play