Coronavirus : le conseil scientifique territorial pointe du doigt le durcissement des mesures encadrant les voyages vers l'hexagone

coronavirus
Conseil scientifique
©CTG

Le conseil scientifique territorial déplore les mesures prises en France pour les voyageurs en provenance de Guyane. Ces derniers seront soumis à des tests à répétition et à une quarantaine sur le sol français. Des contraintes inexistantes dans le sens Paris/ Cayenne. 

Le conseil scientifique territorial qui s’est réuni ce lundi à la collectivité territoriale de Guyane déplore les mesures prises en France pour les voyageurs en provenance de Guyane. Ces derniers seront soumis à des tests à répétition et à une quarantaine sur le sol français. Des contraintes inexistantes dans le sens Paris/ Cayenne. Le conseil qui a par ailleurs exprimé son désaccord avec Santé Publique France sur le niveau d’incidence de la contamination en Guyane. 

Des chiffres contestés

"141 cas pour 100 000 habitants" c’était selon Santé Publique France le taux d’incidence du Covid-19 la semaine dernière en Guyane. Un chiffre contesté par le conseil scientifique territorial. Pour les experts de la collectivité "la situation serait beaucoup plus inquiétante".
En outre, le conseil scientifique est particulièrement remonté contre les récentes décisions du gouvernement face aux inquiétudes soulevées par le variant brésilien. Les passagers au départ de la Guyane ont davantage de contraintes que ceux qui rentrent sur le territoire. Pour ne pas stigmatiser la population guyanaise, le conseil propose la suppression de ces obligations pour les personnes vaccinées dont le nombre augmente régulièrement. Près de 700 la semaine dernière contre moins de 500 la semaine précédente. Pour le docteur Serge Plénet, "il faudrait récompenser les personnes qui se font vacciner alors que la majorité des guyanais sont hostiles à la vaccination".

Des décisions prises localement

Hélène Sirder 1ere vice-présidente CTG
Hélène Sirder 1ere vice-présidente CTG ©CTG

Le conseil scientifique de la CTG s’est également prononcé contre la proposition du conseil national scientifique d’avancer le couvre-feu à 17h en Guyane pour lutter contre le variant brésilien. "Les décisions doivent se prendre localement" a insisté Hélène Sirder la 1ère vice-présidente de la collectivité. Le conseil scientifique qui demande également que la vaccination soit ouverte à tous les professionnels exposés au contact du public (comme les enseignants les policiers entre autres). 

.