guyane
info locale

Décharge sauvage : des palettes de cartons de professions de foi jetées au bord de la route au Larivot

pollution
Décharge sauvage : de la propagande électorale jetée dans la nature !
Comble de l'incivisme, les colis ont été jetés au pied d'un panneau d'interdiction ©David Schaeffer
L’affaire a été dénoncée sur Facebook par un internaute qui a constaté la pollution et diffusé des photos de la décharge sauvage débordant de cartons contenant les professions de foi de certains candidats aux dernières élections européennes des 23 et 26 mai dernier.  
 
Sur sa page Facebook, l’internaute interpelle les élus locaux sous la forme d’un coup de gueule : « Mrs et Mmes les députés, une belle Europe "Écologique" c'est commencer par ranger et récupérer ses petites affaires ! Route de la pointe Liberté, après le pont du Larivot, décharge ouverte de prospectus et d'affiches de nos politiques en campagne. La propreté s’apprend à l'age de 3 ans, merci de réviser vos bases et surtout de montrer l'exemple....ça nous changerait ! »
Décharge sauvage
5
©D.SChaeffer
Décharge sauvage
©D.Schaeffer
Décharge sauvage
©D.Schaeffer
Décharge sauvage
©D.Schaeffer
Décharge sauvage
©D.Schaeffer

Contacté par Guyane La 1ère,  le transporteur facilement identifiable sur les colis, reconnaît qu’il entreposait il y a encore peu, 2 palettes de propagande électorale. Des cartons arrivés hors délai et que la préfecture de Guyane n’avait pas récupérés pour cette raison. Les prospectus auraient du être détruits en déchetterie. Est-ce un chauffeur indélicat, un détournement de colis… qui est à l’origine de cette pollution ? Le transporteur qui n’était pas informé du buzz que font les photos sur les réseaux sociaux, nous a dit qu’il allait investiguer en interne. De son côté  la Communauté d’Agglomération Centre Littoral (CACL) en charge de la gestion de déchets, condamne cet acte d’incivisme. D’autant qu’elle a mené récemment une campagne de sensibilisation et de prévention. Comble de l’incivisme, au pied des cartons jetés dans la nature on aperçoit même un panneau d’interdiction de jeter des ordures. La Communauté d’Agglo, devrait saisir la Police Municipale de Macouria, compétente pour investiguer. Mardi en fin de matinée la gendarmerie était également sur site pour des constatations. La préfecture visiblement très remontée a fait enlever les palettes, des poursuites devraient être engagées. C'est un délit de catégorie 5, les contrevenants s'exposent à une amende de 1.500 euros.
©Guyane La 1ère
Publicité