Démantèlement du camp de Buzaré : par décision du tribunal administratif les derniers occupants ont 24h pour quitter les lieux

justice
Démantèlement du camp de migrants de la Point Buzaré à Cayenne
©Guyane la 1ère

L'opération de mise à l'abri des occupants ayant le statut de réfugiés et de demandeurs d’asile du camp de la pointe Buzaré a pris fin. Le 19 février, le juge administratif a rendu une décision ordonnant aux derniers occupants de libérer les lieux dans un délai 24h dès réception du document. 

Un communiqué de la préfecture du 19 février annonce la décision de la justice ordonnant aux derniers occupants de la pointe Buzaré de quitter les lieux dès réception de ladite décision remise par la police municipale.
 

24h pour libérer les lieux

Plus de 150 personnes ayant le statut de réfugiés ou de demandeurs d'asile qui vivaient sous des tentes à la pointe Buzaré ont été logées dans différents lieux d'accueil à Sinnamary et Cayenne. Les autres personnes qui n'ont pu avoir droit au dispositif doivent maintenir partir et libérer cet endroit public qui est aussi un site naturel protégé.
La préfecture s'est adressée au tribunal administratif afin d'obtenir les moyens juridiques de procéder à l'évacuation et à la démolition du camp.
Les contrevenants ont 24h pour partir dès la signification de la décision sous peine d'une astreinte de 30 € par jour de retard.

Les services de l'état et de la ville de Cayenne vont procéder au nettoyage de la pointe Buzaré afin qu'elle redevienne un espace public mis à disposition de la population.

Retrouvez ici le communiqué de la Préfecture

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live