Fin du masque en intérieur et du pass sanitaire en Guyane dès aujourd'hui

coronavirus
61d0cc6a5e7a3_personne-sans-masque.jpg
Personne qui respire sans masque. ©Canva
A partir de ce lundi 14 mars 2022, le masque peut être retiré et les Guyanais n'ont plus à présenter leur pass sanitaire pour accéder aux lieux de loisir. Au premier jour sans restriction, le public est partagé : certains conservent le masque, d'autres non. Pour les commerçants, la fin du pass sanitaire est une bonne nouvelle.

Le jour tant attendu est arrivé. A partir de ce lundi 14 mars 2022, le port du masque n’est plus obligatoire en intérieur et le pass sanitaire n’est plus demandé au public guyanais. Ces restrictions ont été suspendues par le Gouvernement et par le Préfet de Guyane en réponse à l’évolution favorable de la situation sanitaire. Notez que le port du masque reste obligatoire dans les transports en commun et dans les établissements de santé. Toutefois, certains établissements préfèrent le conserver.

Au 1er jour sans masque, de nombreux réticents

Dès aujourd’hui, le public devrait pouvoir se rendre au centre commercial, au cinéma, au restaurant ou encore à un match sans porter de masque. Au Family Plaza, à Matoury, par exemple, les employés ont fait tomber les masques, suivant les nouvelles annonces des autorités. Cependant, certains clients sont encore réticents. C’est le cas d’Elodie, 22 ans, qui préfère garder son masque par précaution. "Je ne me sens pas prête à l’enlever, je pense que c’est un peu trop tôt. Avec l’excitation, les gens vont faire encore moins attention qu’avant le Covid", estime-t-elle.

Dans les allées des centres commerciaux, on remarque effectivement deux camps : ceux qui conservent le masque et ceux qui ont directement adhéré au nouvel allégement. Du côté des restaurants, c’est aussi mitigé. Au Ti Pic Kréol’s, à Saint-Laurent du Maroni, "les employés gardent leur masque pour l’instant", explique l’un d’entre eux. En revanche, pour les clients, c’est au choix. "Une moitié d’entre eux préfère garder le masque, l’autre moitié ne l’a pas. Chacun fait comme il veut. En tout cas, on ne demande plus le pass sanitaire", finit-il.

Le masque retiré dans les établissements scolaires

Dans les établissements scolaires, un nouveau protocole a été mis en place le 3 mars 2022 par le Rectorat de Guyane. Il établit les nouvelles mesures concernant les cas de Covid-19 confirmés dans les classes ou encore les cas de personnes à risques (aussi dis cas contact). Le Rectorat a également communiqué ses nouvelles mesures concernant le port du masque. Un mail a été envoyé aux personnels des établissements scolaires ce dimanche 13 mars.

"Parallèlement à l’évolution de la doctrine nationale, le port du masque n’est plus obligatoire pour les élèves et les personnels, ni en extérieur, ni en intérieur, au sein des écoles, collèges et lycées de l’académie à compter du lundi 14 mars 2022. Les personnels qui le souhaitent pourront conserver leur masque. Les élèves, ou les parents d’élèves qui souhaitent la poursuite du port du masque pour leurs enfants, sont autorisés à conserver le masque", indique le mail.

La fin du pass sanitaire, un soulagement ?

En ce qui concerne le pass sanitaire, sa suspension semble être une bonne nouvelle pour les clients comme pour les commerçants. En Guyane, 39,6% de la population est vaccinée, soit moins de la moitié de la population. Cela signifie que la majorité des personnes souhaitant se rendre au cinéma ou au restaurant devait réaliser un test antigénique ou PCR, une contrainte désormais disparue. Un soulagement pour certains Guyanais qui préféraient rester chez eux.

Du côté des restaurateurs, le changement n'est pas encore au rendez-vous. Au restaurant Alegria, par exemple, la présence des clients n'a pas particulièrement augmentée. D'autant plus que l'établissement est gêné par les travaux du TCSP, qui démotivent la clientèle. Quant au cinéma Agora, à Matoury, il est fermé jusqu'au mercredi 16 mars 2022. Cependant, la fin du pass sanitaire est d'ores et déjà "un frein en moins et une bonne nouvelle" pour l'établissement.