publicité

En Guyane, Emmanuel Macron modifie son agenda et ignore le collectif Pou Lagwiyann Dékolé

Au deuxième jour de sa visite en Guyane, le chef de l’Etat a clôturé le sommet des RUP. Il a aussi modifié son agenda pour se rendre dans deux cités, ignorant les manifestants rassemblés devant le commissariat de Cayenne, à l'appel du collectif KPLD.

Rassemblement près du commissariat de Cayenne, 27 octobre. © DR
© DR Rassemblement près du commissariat de Cayenne, 27 octobre.
  • Guyane 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à l’appel du collectif Pou Lagwiyann Dékolé, ce vendredi en fin de journée près du commissariat de Cayenne en Guyane. En visite dans le département, Emmanuel Macron avait prévu de s’y rendre vers 18h (heure locale). 


Changement de programme

Après avoir clôturé le sommet des RUP, Régions Ultrapériphériques, à la Collectivité Territoriale de Guyane, le chef de l’Etat a modifié son agenda et ne s’est finalement pas rendu au commissariat de Cayenne, alors que les manifestants l’attendaient de pied ferme. 

Les membres du collectif Pou Lagwiyann Dékolé demandaient à rencontrer Emmanuel Macron pour "une réunion de travail sur les Accords de Guyane" signés après le mouvement social de mars et avril dernier. Un peu plus tôt dans la journée, ils avaient tenu une conférence de presse sur la place des palmistes estimant que les propos du chef de l’Etat était “méprisant et insultant”. Lors d’une conférence de presse ce vendredi matin, Emmanuel Macron avait notamment indiqué que ses “interlocuteurs légitimes” étaient ceux “démocratiquement élus”.


Les cités 

En fin de journée, le chef de l’Etat a donc décidé d’annuler sa visite au commissariat de Cayenne où l’attendaient les manifestants pour se rendre dans deux cités, celle de Cogneau Lamirande à Matoury, puis au village chinois à Cayenne.

 

Exaspération 

Exaspérés, les manifestants rassemblés près du commissariat apprennent ce changement de programme après plusieurs heures d’attente. “Le chef de l’Etat nous méprise une nouvelle fois”, lance une manifestante. 

Davy Rimane, membre du collectif pour Lagwiyann Dékolé a alors pris le mégaphone pour appeler les manifestants à se rassembler devant la préfecture où le chef de l’Etat devait ensuite aller dîner. 


Le travail va reprendre

Vers 21h, après l’arrivée d’une vingtaine de jeunes prêts à en découdre avec les forces de l’ordre, le collectif Pou Lagwiyann Dékolé a mis fin au rassemblement. Craignant une nouvelle nuit d'affrontements comme celle d'hier, le collectif a appelé la population et les jeunes à rentrer chez eux. "Le travail du collectif va reprendre dès demain matin", a lancé Davy Rimane.


Des jeunes ont alors lancé des pétards sur les forces de l’ordre. La tension a été vive quelques minutes, puis elle est retombée ce soir. Vers 21h30, la place des palmistes s’était vidée et le chef de l’Etat est arrivé pour dîner en préfecture.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play