L'enquête se poursuit dans l'affaire du chavirage du canot de clandestins : des naufragés dont des enfants manquent à l'appel

faits divers
Naufragé
48h après les opérations de secours, l’enquête concernant les circonstances du naufrage de l’embarcation au large de Cayenne avance. La garde à vue de l’une des personnes secourues est toujours en cours. Elle est désignée comme faisant partie de l’équipe des passeurs. 
48h après les opérations de secours l’enquête concernant les circonstances du naufrage de l’embarcation au large de Cayenne avance. La garde à vue de l’une des personnes secourues est toujours en cours. Elle est désignée comme faisant partie de l’équipe des passeurs. Les investigations sont toujours en cours et Les personnes ayant réussi à regagner la terre ferme sont recherchées.  Samuel Finielz procureur de la République de Guyane fait le point sur l’enquête entourant ce drame.


Les recherches toujours en cours

Prisonnier dans la vase au large de la plage Zéphyr, secouru par les gendarmes et pris en charge par les pompiers, un homme, désigné par trois des naufragés comme étant l’un des passeurs. En garde à vue depuis 48h, une information judiciaire devrait être ouverte à son encontre. Il devrait être poursuivi pour aide au séjour irrégulier en bande organisée et homicide involontaire. Un peu plus de 48h après le drame les investigations sont toujours en cours pour tenter de retrouver l’ensemble des passagers de l’embarcation

"Les témoignages donnent un chiffre de 17 passagers dont 6 récupérés, sur les autres qui se sont enfuis nous en avons identifiés deux. Les personnes sont en état de choc. Parmi elles des mères à la recherche de leurs enfants. Ils ont payé 600 réals à peu près 100 euros. Le départ s'est fait d'Oiapoque la veille, Dans la nuit la pirogue s'est renversée à cause de la forte houle". 

Samuel Finielz procureur de la République de Guyane

 

Appel à témoins

Évacués vers le centre hospitalier de Cayenne les naufragés en état de choc retrouvent peu à peu leurs esprits, parmi eux, des mères de familles sans nouvelles de leurs enfants. Auditionnés par les enquêteurs, les rescapés expliquent être partis d’Oiapoque dans la nuit de lundi. La police technique et scientifique recherche des indices sur les ballots et tous les documents retrouvés en mer, de nombreux passeports de ressortissants d’origine haïtienne et brésilienne ont été récupérés pour tenter d’identifier les passagers de l’embarcation manquants. Le procureur de la république Samuel Finielz invite toutes personnes ayant des informations sur ce drame à contacter la police.
Le reportage de Guillaume Perrot et Pierre Tréfoux : 
Naufrage migrants : la filière brésilienne via Oiapoqué utilisée.