Le Festival PASS acte 2 dans les starting-blocks

théâtre
Début du Festival PASS volet 2
Le Festival Pass seconde partie les 26 et 27 août prochain. ©T.M
La deuxième partie du Festival PASS proposé par le théâtre de Macouria s’ouvre la semaine prochaine, vendredi 27 et samedi 28 août. Marquée par des représentations fermées au public en juin dernier, cette nouvelle session opte pour le retour du présentiel.

Une dizaine d’années après la mise en place des Rencontres du théâtre amateur, le théâtre de Macouria propose cette année un tout nouveau festival dans la même veine: favoriser l’expression d’artistes et créateurs non professionnels. Le Festival PASS, pour Passerelle des Arts Scéniques et Scénographiques. La première partie du festival a battu son plein les 25 et 26 juin dernier. Les conditions sanitaires ont conduit les équipes du théâtre de Macouria à s’adapter. Les différents rendez-vous étaient fermés au public qui pouvait assister aux spectacles en ligne, en direct sur les réseaux sociaux du théâtre. Une nouvelle formule qui a pu prendre une partie du public de court, l’affluence des grands jours n’étaient donc pas à la clef pour cette première partie numérique les 25 et 26 juin. Cette fois le théâtre renoue avec les rendez-vous en présentiel, attention il faut s’inscrire car il y a une jauge limitée à 49 participants ce qui permet un accès sans pass sanitaire. 

Festival PASS volet 2

La seconde partie du festival s’ouvre vendredi 27 août par une exposition mêlant les œuvres du plasticien Patrick Innocent et celles du projet Pictonia. Déjà mis en avant en juin dernier ce dernier projet est le fruit du travail de l’association Alchimie et de l’association Design et Diversités qui pendant plusieurs mois ont réalisé avec les élèves de 6e et 5e SEGPA du collège Antoine Sylvère Félix de Macouria, une banque de pictogrammes représentant la diversité culturelle et naturelle de la Guyane. Un travail culturel autant qu’une plongée dans les métiers du design. Fidèle à sa vocation, le festival veut donner une vitrine à la fois à des compagnies confirmées mais également des créateurs en émergence, des talents bruts. 

Nous voulons favoriser tous ceux qui sont entre deux, tous ceux qui n’ont pas les moyens d’aller se former en école, dans le but d’encourager les pratiques.

Gregory Alexander, directeur du théâtre de Macouria.

 

Créer du lien

Créer des ponts entre acteurs confirmés et non confirmés, une volonté qui s’illustre par exemple avec le stage proposé par la Compagnie Théâtre de la Ruche, actuellement en résidence à Macouria ou encore les ateliers de Touka Danses pour les enfants. Le lien est aussi intergénérationnel comme dans le spectacle Ogre de Joëlle Dubin qui propose une co-construction du spectacle avec la population. Les éléments issus de ce travail collectif viennent enrichir la création initiale. Parmi les temps forts on peut également citer le concert de Gaya Band samedi 28 août en fin de journée au théâtre de Macouria. Un jazz créole porté par la voix de Clara Nugent accompagnée d’Aymerick LÉTARD (piano), Jean-Claude VALMINOS (basse), et Arsène POPO (batterie).