Le TCSP bête noire des automobilistes : les travaux du Transport  en commun en site propre, devraient s'achever en 2023

transports
Tracé TCSP
Tracé du TCSP

Des embouteillages à n'en plus finir…les travaux du TCSP exaspèrent les usagers. Le TCSP, c’est un projet voté en 2013 par la CACL (Communauté d’agglomération du centre littoral) qui aujourd’hui en est à sa réalisation. La fin du chantier est prévue en 2023.

Il faudra s'armer de patience. Les embouteillages aux heures de pointe sont aujourd'hui plus importants aux principales portes de la ville. Des embouteillages provoqués par les travaux du TCSP.  Le TCSP, le Transport  en commun en site propre  représente 10,7 kilomètres de réseau de transport entre Maringouins et Mont-Lucas avec 23 arrêts. Contrairement au projet initial, le TCSP ne passera pas par le cœur de ville de Cayenne, mais par le canal Laussat.  Il s’intégrera dans le projet de réhabilitation du quartier : un espace réservé aux voitures, un autre pour les bus, des voies cyclables et des trottoirs élargis. Le TCSP s’articulera, aux terminus, avec le réseau de bus urbains. Un atelier dépôt commun entre le TCSP et les bus de l'actuelle RCT est prévu, au niveau des Maringouins. La fréquence de passages est prévue toutes les dix minutes et toutes les cinq minutes sur le tronc commun. La capacité pourra être renforcée avec une fréquence plus soutenue, toutes les 3 minutes. L’objectif est  de drainer plus de 16 000 voyageurs par jour entre Maringouins et Mont-Lucas. Au total, ce sont 60 000 voyageurs qui sont prévus au quotidien.

Un coût de 135 millions d'euros

Cayenne : conférence intercommunale de l'habitat à la CACL
©F.Larzabal

Il s’agit pour la CACL, d’étendre et de créer de nouvelles lignes pour desservir le territoire de l’île de Cayenne. Le but est de désenclaver les quartiers prioritaires de la politique de la ville, les grands ensembles, les  zones de résorption de l’habitat insalubres et de relier entre elles les zones d’aménagement urbain. Un projet qui coûte 135 millions d’euros. Les travaux devraient s'élever à 125 millions, auxquels il faut ajouter les études préparatoires, les acquisitions foncières et la maîtrise d'ouvrage. Le projet a reçu l'aval du ministère des transports, il sera donc en partie subventionné. Les travaux ne font que commencer. La livraison est prévue en 2023.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live