Coronavirus : le rapatriement à Maripasoula des élèves s'organise...500 internes sont concernés

coronavirus ouest guyanais
Les élèves en attente de rapatriement pour Maripasoula -Coronavirus
Les élèves en attente de rapatriement pour Maripasoula le 17 mars à l'aéroport Félix Eboué ©Clotilde Séraphins George
Depuis ce matin, les élèves originaires de Maripasoula sont reconduits dans leurs familles. Une disposition de la CTG avec la compagnie aérienne locale Air Guyane. Du coup, l'aéroport est pris d’assaut. Plus de 500 jeunes sont concernés.
Depuis ce matin, les élèves originaires de Maripasoula sont reconduits dans leurs familles. Une disposition de la CTG avec la compagnie aérienne locale Air Guyane face aux nouvelles mesures sanitaires concernant le Covid-19. Du coup, l'aéroport est pris d’assaut par les jeunes impatients de retrouver leurs proches. Plus de 500 jeunes sont concernés.


Des listes pour fluidifier les départs

Tout l’enjeu consiste à retrouver son nom sur les listes. Partira aujourd’hui ou pas et à quelle heure ? Ils sont plus de cinq cent élèves à devoir rallier Maripasoula et les communes et villages avoisinants.
Des rapatriements qui s’étaleront sur trois, quatre jours à raison de trois vols par jour avec l’ATR de quarante huit places exceptionnellement réquisitionné pour les communes de l’intérieur et sur les sièges disponibles sur les vols réguliers de dix sept places d’Air Guyane.
 
Coronavirus : un dispositif médical opérationnel et renforcé à l'aéroport Félix Eboué
©Clotilde Séraphins George

Des élèves mineurs pour la grande majorité, scolarisés sur l’île de Cayenne et accueillis dans des familles qui gèrent avec un peu d’émotion ces dispositions soudaines. C’est le cas de Clotilde Marie-Jeanne qui tenait à accompagner ses quatre protégées jusqu’à l’heure du départ.
Clotilde Marie-Jeanne
Clotilde Marie-Jeanne

Clotilde Marie-Jeanne famille d’accueil commente : 

"J'accueille quatre élèves, quatre filles. Le service de la CTG m'a confirmé qu'elles partiraient bien aujourd'hui. C'est très compliqué, les enfants sont en pleine étude et doivent repartir chez eux". 







Les protégées de Clotilde partent bien aujourd’hui, ce ne sera pas le cas de tous ces jeunes dont certains devront revenir mais tous sont sûrs de pouvoir retrouver leurs familles et proches cette semaine.