Elections territoriales : les grands chantiers prioritaires de Gabriel Serville pour la Guyane

élections 2021 guyane
Route Maripasoula-Papaichton : coup d'envoi du chantier prévu en août
L’élection du président de la collectivité territoriale et la constitution de son exécutif sont attendues ce vendredi 2 juillet 2021. La première réalisation de l’assemblée sera le vote du compte administratif. La loi oblige sa validation avant le 31 juillet prochain.

Le vote du compte administratif constitue l’arrêté des écritures de la collectivité de l’année qui suit la clôture de l’exercice budgétaire. Il est soumis au vote de l’organe délibérant et devra donc être présenté par le vainqueur du scrutin.

Une validation qui n’est qu’un acte purement protocolaire, l’équipe élue ne pouvant bloquer l’institution, reste à présent à répondre à une demande forte.

Si sans grande surprise, les prochains mois de mandature devraient ressembler à une succession d’inaugurations de chantiers entamés par l’équipe sortante, la coalition menée par Gabriel Serville a en effet pris des engagements de taille auprès de la population et des signaux forts doivent à terme être lancés, et les grands chantiers à venir pourraient être ceux-là :

REVISION DE LA PPE ET PROJET DE LA CENTRALE DU LARIVOT

Comme nous l’évoquions dans cet article, le projet de révision de la programmation pluriannuelle de l'énergie, la PPE en vigueur ( 2016 -2023) a été adopté lors de la dernière assemblée plénière le 5 mai 2021. Pour rappel, cette PPE a été validée en mars 2017 et prévoit l'accès à l'énergie de la population, la garantie d'approvisionnement et le développement des énergies renouvelables dans le cadre du développement durable.

Mais le plus gros enjeu qui attend la nouvelle assemblée plénière c’est l’épineux dossier de la future centrale du Larivot.

Les voix opposées aux dossiers dépassent les frontières de la Guyane, le projet initial entendait proposer une centrale au fioul, le gouvernement a finalement tranché en faveur d’un projet utilisant de la biomasse liquide sauf que le collectif citoyen pour une alternative à la centrale du Larivot a réaffirmé son désaccord.

Quid de la posture du président élu, lui qui s’est montré très mesurer et prudent sur le dossier durant la campagne.

DOUBLEMENT DU PONT DU LARIVOT

Comment vont se traduire les nouveaux rapports Etat / Collectivité territoriale de Guyane. Le nouveau pont du Larivot verra bien le jour en 2024 selon les projections.

Sauf que la mouture proposée par les services de l'état est un pont supplémentaire en plus de la structure existante. Une offre qui ne fait pas l'unanimité auprès des élus guyanais et de la population.

Les parlementaires de Guyane, le président de l’association des maires, le premier édile de la municipalité de Macouria ont pour rappel adressé leur carton rouge à ce projet à travers une motion adressée au gouvernement.

La population elle-même s’était fortement mobilisée lors de l’enquête publique.

Les critiques sont unanimes, il faut une vision plus grande quant à l’aménagement de cette portion de la route nationale 1.

Une commissaire enquêtrice avait fini par statuer en émettant un avis favorable assorti de réserves et de recommandations.

Le représentant de la liste de fusion s’est longuement défendu sur la posture rigoriste qu’il serait judicieux d’adopter face au gouvernement.

La méthode permettra-t-elle aux pourfendeurs du projet d’obtenir gain de cause ?  

DESENCLAVEMENT DU TERRITOIRE

Autre prétention de taille : le désenclavement du territoire.

La CTG entretient plus de 600 kilomètres de routes. Elle pilote l’Aménagement du territoire et son désenclavement.

Gabriel Serville s’est prononcé en ces termes dans le Guyane Soir du 28 juin 2021 au lendemain de sa victoire :

Il faut permettre aux Guyanais de l’intérieur de mieux circuler sur le territoire et permettre aux Guyanais du littoral d’aller vers l’intérieur

 

La réfection en cours et l’aménagement de la piste reliant les communes de Maripasoula et Papaïchton attise les envies de la population de cette partie de la Guyane. Cette continuité de la route du fleuve dont l’État est maître d’ouvrage doit intégrer, une fois aménagée le réseau routier géré par la Collectivité Territoriale de Guyane.

Une volonté décuplée quand dans cette nouvelle assemblée doit siéger deux leaders véritables portes-voix de l’Ouest Guyanais : Jean-Paul Fereira et Jessi Americain.

Notons que les seuls 32 kilomètres de route en train d’être remis à niveau, représentent 32 millions d’euros composés de financement d’État à raison de 21 millions d’euros et de fonds européens pour 11,4 millions d’euros.

 « Le choc budgétaire » mis en exergue par le candidat Serville doit à présent se confronter au réel, c’est-à-dire aux coûts pharaoniques des grands projets à réaliser.

L’objectif maintes fois rappelé est d’aller chercher les financements au-delà des 500 millions d’euros de budget engrangé sous l’ancienne mandature.

LUTTE CONTRE LA DESCOLARISATION

A retenir cette volonté forte de Gabriel Serville de contenir la déscolarisation dans le territoire avec un objectif ambitieux. Il a aussi été abordé le dossier de l'évolution statutaire.

Ici des extraits de l'interview de Gabriel Serville dans le Guyane Soir du 28 juin 2021. Gabriel Serville répond aux questions d'Anthony Hilaire.

Gabriel Serville sur la question de l'évolution statutaire

Gabriel Serville fait un état des lieux des chantiers à poursuivre