Conséquence des inondations : la RN1 entre Saint-Laurent et Iracoubo interdite à la circulation, les travaux vont durer 72h

catastrophes naturelles saint-laurent-du-maroni
Chaussée affaissée crique Moucaya
©Eric Léon

La Guyane est classée en vigilance orange et jaune. La RN1 notamment est coupée entre Iracoubo et Saint-Laurent. Le préfet de région Thierry Queffelec a fait le point sur la situation. 

Thierry Queffelec, préfet de Guyane
©Guyane la 1ère

Le préfet de Guyane donnait une conférence de presse pour faire le point sur la situation. La RN1, notamment est coupée entre Saint-Laurent et Iracoubo au niveau de la Crique Moucaya (PR166). Les secours et les services de l'Etat sont à pied d'oeuvre. Les dommages sont tels que la route nationale 1 est infranchissable en raison de l’effondrement de la chaussée. Le transit entre Saint-Laurent du Maroni et Cayenne n’est donc plus possible et ce pour plusieurs jours.

Les moyens

Chaussée affaissée crique Moucaya
©Eric Léon

Thierry Queffelec a fait le point sur les moyens mobilisés : un avion militaire d’une capacité de 3 tonnes avec possibilité de 30 places. Il a déjà fait une rotation pour réalimenter les pharmacies. Cette liaison sera opérationnelle tous les jours. Le dragon 973 est en veille pour toute évacuation sanitaire. Les stations-services prises d’assaut sont désormais fermées et ce jusqu’à 18h. Elles seront rouvertes, à raison de 20 euros de carburant par véhicule. Des hydrocarbures seront acheminés par barge, le convoi doit partir dans les prochaines heures. Il a annoncé également "qu’il n’y aura pas de pont de traverse car cela n’existe pas en Guyane".

Trois jours de travaux

Chaussée affaissée crique Moucaya
©Eric Léon

En outre, le préfet de Guyane a déclaré que les travaux de consolidation vont durer 72h et commencent ce vendredi. Il y aura une voie piétonne mise en place dans les 3 points kilométriques où la chaussée s’est effondrée.  Les travaux de réfection eux, devront durer 3 semaines. Des entreprises ont d’ores et déjà été sollicitées. Coût des travaux : 150 000 euros.

Vigilance recommandée

La Guyane reste classée en vigilance orange et jaune selon les régions. Les fortes pluies continuent à s’abattre sur le territoire. Conséquence : de nombreuses inondations sont signalées sur le territoire provoquant de nombreux dégâts.

Le Maroni est sorti de son lit

A Saint-Laurent, le Maroni est sorti de son lit, perturbant la circulation notamment à Saint-Louis, déjà fortement impacté par les travaux du pont. 

Inondations Saint Laurent
©MM Ponet

Dès le lever du jour, les premiers automobilistes ont été surpris par la montée des eaux. Sur cette route de Saint-Louis déjà très perturbée depuis plusieurs semaines par la circulation alternée, pour cause de refection du pont, les automobilistes sont agacés et surpris. Ces inondations n’arrangent pas la situation : 2h pour effectuer deux kilomètres.

Images insolites

Inondation Saint Laurent
Charbonnière Saint-Laurent ©MMPonet

Des images insolites également à la Charbonnière au bord du Maroni. Il était possible d’accoster directement sur la route et de déposer les passagers sur le passage piétons  directement ! Normalement juste à côté, derrière une barrière, un ponton d’une dizaine de mètres. Mais ce mercredi, il était sous les eaux. Du jamais vu pour ce chef d’entreprise.

C'est arrivé jusqu'à ma cour. Il y a 10 ans, le fleuve était à 10 mètres. L'eau prend le pas sur la terre.  

Trevord Adam entreprise de transport fluvial

Une situation exceptionnelle due aux fortes pluies de ces derniers jours. Mais le 28 avril est aussi le jour de la marée d’équinoxe la plus forte de l’année. Selon les anciens, ces phénomènes sont amplifiés par la pleine lune.

►Le reportage de Myriam Maéva Ponet :

 

Un pic attendu vendredi 

Selon les prévisionnistes, les pluies devraient durer jusqu’en fin de semaine, avec un pic ce vendredi. "Les pluies sont encore nombreuses mais devraient générer des cumuls modérés (…) D'autre part les grandes marées ne favorisent pas l'évacuation des eaux venues des fleuves et rivières, qui eux-mêmes atteignent des niveaux élevés (...) Vendredi, le risque de cumuls redevient particulièrement important, dans un contexte de grandes marées persistantes".
Prudence et vigilance sont donc recommandées.