Pêche illégale : les autorités reconnaissent une chute des contrôles liée à la crise sanitaire

pêche
Une pêche illégale abondante au large d'Iracoubo
Une pêche illégale abondante ©Martial Gritte
Faisant suite à notre reportage sur les incursions de tapouilles clandestines au large d'Iracoubo, les autorités admettent des contrôles en forte baisse dans le cadre de la lutte contre la pêche illégale. Il s'agirait de l'une des conséquences de la crise sanitaire.
C'est une réponse en forme de méa-culpa des autorités sur la question de la pêche illégale au large d'Iracoubo. Elles reconnaissent des incursions régulières des clandestins dans nos eaux, notamment dans ce secteur. La période Covid a entraîné en effet une baisse importante des moyens de lutte. Selon trois capitaines interrogés à bord de ces embarcations non autorisées, les campagnes durent en moyenne une dizaine de jours. Un pêcheur professionnel et deux pêcheurs de loisirs guyanais nous ont dit avoir vu régulièrement ces derniers mois de dix à vingt-cinq embarcations illégales dans cette zone.
« Le chiffre qui vous a été indiqué est juste », indique le capitaine de vaisseau Eric Aymard, commandant de la Zone Maritime de Guyane, qui coordonne la lutte contre la pêche illégale sous l’autorité du préfet. Mais les illégaux  « restent moins longtemps que les années précédentes », précise t-il, fort des remontées d’informations issues des observations aériennes, satellites et de terrain.

Compte tenu du contexte sanitaire et de la tension sur les moyens, nous avons dû faire des choix. ​​​​​

Eric Aymard, commandant de la Zone Maritime de Guyane 

 

Des navires en révision


Au plus fort de l’épidémie de covid-19, les contrôles ont été moins fréquents, pour éviter la contamination des forces de l’ordre au contact des clandestins. A cela s’ajoute une immobilisation plus longue que prévue de plusieurs bateaux partis en révision : ces révisions étaient prévues, mais elles ont été rallongées par la fermeture ou les perturbations causées par la crise sanitaire dans les chantiers navals qui devaient les réaliser.
« Sur cinq bateaux hauturiers et côtiers, il m’en restait deux pour faire le même travail que d’habitude », explique le commandant de la Zone Maritime de Guyane.Pour ne rien arranger, la vedette des douanes est à quai depuis quatre mois en raison d’un incident technique. Enfin, les deux bateaux rapides de la direction de la mer (ex affaires martimes) basés à Saint Laurent et Dégrad Des Cannes, ont été dédiés à la surveillance des frontières, fermées à l’ouest et à l’est dans le cadre de la crise Covid, donc peu ou pas disponibles pour la police des pêches.
Vedettes gendarmerie Guyane
Au port de Pariacabo, les vedettes de la gendarmerie maritime et des douanes. Cette dernière est indisponible depuis quatre mois. ©L.M


Des moyens trop limités pour garantir la souveraineté française en mer ?

 
Pendant plusieurs mois, la vedette « Organabo » de la gendarmerie nationale a été la seule disponible sur les trois vedettes dont dispose l’Etat, en attendant le prochain retour en service du Mahury. Basée à Kourou, l’Organabo doit aussi assurer la surveillance des zones interdites lors des lancements de fusée, qu’ils soient reportés ou non. Or, de fin juin à début septembre, le vol « vv16 » de Véga a été reporté à plusieurs reprises. Chaque tentative mobilise un patrouilleur et une vedette pendant deux jours, soient « 50 à 60 jours de mer par an » en moyenne, selon le commandant de la zone maritime, sur une capacité totale annuelle de 500 jours de mer pour les forces navales en Guyane (100 jours pour chacun des cinq  bateaux). Les autres vedettes étant indisponibles.

L’Organabo a aussi été engagée dans l’est guyanais contre les tapouilles brésiliennes, notamment en début de semaine. Elle est alors bien loin de l’ouest : la dernière opération au large d’Iracoubo remonte aux 25 et 26 août, avec ce même bateau. Depuis cette date, il n’y a pas eu de contrôle dans cette zone. Selon le capitaine de vaisseau Eric Aymard, les trois vedettes engagées en Guyane doivent être remplacées fin 2021 par de nouveaux bateaux plus modernes. Quant au projet d’installer des radars annoncé en 2014 par l’Etat pour surveiller la zone maritime, notamment près des frontières, « l’étude est faite, mais il n’y a pas le financement », indique Eric Aymard.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live