publicité

Rentrée : Le rectorat dresse un premier bilan et annonce les nouveautés

Une semaine après la rentrée des classes, le rectorat fait le point sur l’année scolaire qui débute. Alain Ayong le Kama recevait ce matin la presse en grande pompe pour présenter les nouveautés, les points forts, mais aussi, les difficultés rencontrées pour le cru 2018/2019.
 

Le recteur Alain Ayong Le Kama © guyane la 1ère
© guyane la 1ère Le recteur Alain Ayong Le Kama
  • Franck Leconte/CL
  • Publié le
Nous ne sommes pas toujours habitués à une grande transparence de la part du rectorat, mais il faut reconnaître une certaine franchise ce matin dans les propos du recteur Alain Ayong le Kama.
Alors, cette franchise, elle est notamment utilisée pour deux sujets sensibles à chaque rentrée : le recrutement des professeurs et le manque de places dans les lycées. Sur ce dernier point, l’administration reconnaît des difficultés pour accueillir les anciens 3ème en seconde, tout particulièrement à Cayenne où une centaine d’élèves attend toujours une place en lycée. Alain Ayong le Kama veut que tout soit régler dans la semaine.
De la même manière, mais un peu plus tard dans la scolarité, le recteur assure que tous les élèves de Guyane issus de l’enseignement général qui ont demandé à poursuivre dans l’enseignement supérieur ont été acceptés.
 

Le personnel enseignant toujours en cours de recrutement

L’académie recrute encore, en ce moment, des enseignants contractuels. Le recteur assure que chaque élève aura un professeur en classe.
Ce problème de recrutement se pose tous les ans. 1400 vacataires sont recherchés, 800 sont déjà recrutés actuellement. Les manques concernent surtout les professeurs de SVT et de mathématiques.
Le rectorat annonce aussi cette année qu’il va mieux traiter ses personnels des sites isolés avec deux nouveautés : la prise en charge de leur fret, ce serait déjà opérationnel et la construction de logements, une action toujours en élaboration.
 

Des classes maternelles au plus près des élèves

Nous sommes toujours dans le contexte des sites isolés. L’éducation nationale exige désormais la scolarisation des enfants de trois ans. Cela n'est pas facile à appliquer partout. Le rectorat veut éviter les heures de transports pour les plus jeunes et installe des classes dans des locaux mis à disposition par les municipalités. Pour l’instant, cela se met en place à Apatou, à Providence et à Anaolondo précisément.
Et pour être complet, sachez que le rectorat annonce l’expérimentation en lycée du dispositif devoirs faits qui existe déjà au collège. Elle apporterait plus de sécurité pour les élèves. Il est aussi prévu la création à l’université d’une maison pour la science qui va assurer cette année la formation de 400 professeurs des écoles sur l’usage du numérique pour l’enseignement.


 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play