Rentrée scolaire : 89 000 élèves ont repris le chemin de l'école

éducation
Rentrée des classes
Rentrée des classes ©DR
Ils sont près de 89 000 élèves à effectuer leur rentrée scolaire cette année. Une rentrée échelonnée sur le territoire, d’est en ouest. L’objectif pour les autorités académiques : c’est une rentrée pour tous. Un vœu pieux dans un département marqué par une explosion démographique sans précédent.

89 000 élèves sont attendus dans les établissements scolaires pour la saison scolaire 2022-2023, 3 000 de plus que l’an passé. Ils se répartissent dans le 1er et 2nd degré : 48 000 élèves (+1700) dans le primaire et 41 000 (+1300) dans l’enseignement secondaire. Le nombre d’élèves privés d’éducation en raison du manque de places dans les établissements, et du sous-développement du territoire, n’est lui pas encore quantifié.

En 2019, 169 écoles et 44 collèges et lycées publics sont recensés en Guyane. Un chiffre insuffisant en raison d’une courbe démographique sans précédent : le taux de natalité est de 26,4 pour 1.000 habitants, contre 11,1 dans l'Hexagone. La population a augmenté de 30% entre 2009 et 2019.

Quatre lycées et trois collèges sont certes en cours de construction en Guyane. D'ici 2025, 5.320 places vont être créées dans le second degré. La collectivité territoriale de Guyane investit 470 millions d'euros. Seulement, selon les projections, la capacité d'accueil est déjà dépassée.

En attendant, des bâtiments sont transformés et des préfabriqués rajoutés. Le nouveau lycée du Larivot, qui remplace le site de l’OPRF à Matoury, accueillera, plus de 320 nouveaux élèves, ou encore, 14 salles supplémentaires ont été créées dans la sous-préfecture, Saint-Laurent du Maroni.

Philippe Dulbecco recteur de l'Académie Guyane
Philippe Dulbecco recteur de l'Académie Guyane ©DR

Nous essayons d’augmenter nos capacités d’accueil. Nous agissons sur les locaux et sur les personnels. Il y a des constructions qui vont sortir de terre et qui vont nous permettre de relâcher la pression. En attendant nous mettons en place des locaux provisoires.

Philippe Dulbecco recteur de Guyane

Une cellule de rentrée 

Le rectorat de Guyane
Le rectorat de Guyane ©Sébastien Laporte

Il faudra attendre quelques semaines avant que les établissements puissent fonctionner normalement. Une cellule de rentrée a été mise en place au rectorat. Il s’agit répondre immédiatement aux problématiques posées par les chefs d’établissement.

 

Comme toute rentrée scolaire vous avez des ajustements entre ce qui était prévu et ce qui se réalise réellement Les enseignants qui étaient attendus qui ne viennent pas, les enseignants malades ou qui ont changé d’affection. (…). Ces ajustements peuvent prendre un certain temps et la cellule académique permettra de les gérer en temps réel. Le chef d’établissement aura accès à toute l’administration du rectorat immédiatement.

Philippe Dulbecco recteur de l'Académie de Guyane

 

Une stratégie nationale

Lors de sa conférence de rentrée en août dernier le ministre de l’Education et de la Jeunesse Pap Ndiaye a présenté les grandes lignes de rentrée scolaire . Parmi les objectifs affichés : un plan pour les Maternelles, ou encore faire progresser tous les élèves au collège.

 

On va travailler sur trois niveaux : un plan Maternelle pour que les élèves s’en approprient. Pour cela il faut former des enseignants. D’autres priorités portent sur le collège et là c’est national, par exemple travailler sur la 6e car c’est une classe pivot ou encore commencer l’orientation très tôt pour que les élèves aient connaissance d’un périmètre des métiers possibles et l’évolution également de la voie professionnelle. La moitié des élèves sont inscrits dans la voie professionnelle, Nous devons faire mieux. (…)Ce sont des déclinaisons nationales que nous mettons en œuvre.  

Des défis en Guyane, il y en a …Il faut attendre encore quelques semaines pour faire un véritable bilan de cette rentrée scolaire 2022-2023. Une rentrée presque normale.