Coronavirus : la mairie diffuse ses messages d'alerte à l'aide de drones au dessus de Kourou

coronavirus kourou
Coronavirus : la mairie diffuse ses messages d'alertes à l'aide de drones au dessus de Kourou
©JeanGilles Assard
Face à l'urgence sanitaire, et le manque de respect des consignes de confinement, la mairie de Kourou utilise des drones afin de diffuser ses messages d'alerte aux habitants de la ville.
Depuis quelques jours, les kourouciens entendent des voix venues du ciel. Rien de divin à cela. Juste les voix du Préfet et du maire de Kourou diffusées par drone.
Frédéric Lladeres, adjoint au maire délégué cadre de vie et environnement :
La technologie nous permet actuellement d'avoir accès au drone, ce qui nous permettra beaucoup plus de s'orienter dans les quartiers et de donner beaucoup plus d'informations en différents points de la ville."
Un rappel qui semble, au vu de la fréquentation des abords de la cocoteraie, devenu une nécessité. Kourou semble avoir du mal avec les consignes de confinement. 
Frédéric Lladeres:
Je ne pense pas que ce soit plus difficile que pour le reste de la Guyane, mais actuellement il me semble qu'il y a une nécessité à accentuer cette information, pour que les gens puissent vraiment se rendre compte que le confinement est actuellement la seule arme  dont nous disposons contre le COVID 19."
Comme dans certaines villes de l’hexagone, l’engin démontre un peu plus son utilité dans des situations comme celle que nous connaissons. Mais il pourrait avoir d’autres intérêts.
Guillaume Berthier, Président de Sentinel :
J'avais repéré un intérêt lors de la disparition de deux chasseurs à Risquetout et ce genre de matériel peut aider pour les retrouver. Diffuser un message et donner des consignes...ce drone est fait pour la recherche et le sauvetage."
En fonction de la météo, le drone survole Kourou 3 fois par semaine entre 18h et 21h. Un rappel bien plus doux que les contraventions. Mais selon les responsables municipaux si l’absence de civisme venait à s’intensifier les verbalisations devraient devenir plus nombreuses dans les jours à venir.
©K. Constable
Les Outre-mer en continu
Accéder au live