Séance plénière du 25 février 2022 : l’Assemblée de Guyane vote la dissolution de l’OPRF

collectivité territoriale de guyane
Des dossiers épineux à l'ordre du jour pour la collectivité territoriale de Guyane
©Guillaume PERROT
Ce vendredi 25 février 2022, dès 9h00, les membres de l'Assemblée de Guyane se sont réunis à l'Hôtel Territorial. Au cours de ce rassemblement de plusieurs heures, des mesures d'urgence ont été mises en place. Parmi elles : la dissolution de l’opérateur public régional de formation de Guyane.

C'est la fin de l'OPRF de Guyane. Ce 25 février 2022, l’Assemblée de Guyane s’est réunie en séance plénière à l’Hôtel Territorial. Parmi les mesures d’urgence prises par la Collectivité Territoriale lors de ce rendez-vous : la dissolution de l’opérateur public régional de formation (OPRF). Le 14 février dernier, les employés de l’organisme s’étaient justement mobilisés pour faire part de leur inquiétude quant à l’avenir de la structure. Ils sont désormais fixés.  

Des déficits économiques et sociaux  

"Depuis notre investiture, nous avons porté la structure à bout de bras mais les rapports de la CRC qui remettent en cause la performance économique et sociale de cette structure sont sans équivoque", note Gabriel Serville dans un communiqué. Ces rapports pointent du doigt des déficits budgétaires, et ce malgré les crédits (38 340 849 €) cumulés pour sauver la structure.  

La Chambre Régionale des Comptes note également "l’inadéquation entre les services délivrés et les réels besoins en formation du territoire". En effet, depuis sa création en 2014, l’opérateur public régional de formation n’aurait pas su s’adapter aux évolutions liées au secteur de la formation en Guyane… contrairement à ces concurrents, les établissements privés. 

Des solutions pour les salariés  

Aujourd’hui, notre ambition est d’accompagner les salariés et nous cherchons des solutions qui soient respectueuses de leurs droits. Il va falloir réformer l’outil afin qu’il soit plus performant et qu’il réponde aux besoins en formation de la Guyane. Et surtout il va falloir aller là où les besoins en formation sont les plus criants : aujourd’hui 70% des besoins en formation sont localisés dans l’Ouest de la Guyane.

Gabriel Serville, président de la Collectivité Territoriale de Guyane

"Cette décision n’est pas prise de gaieté de cœur. Nous aurions aimé faire différemment", déclare également le président de la CTG. Une stratégie en trois phases va alors être déployée pour accompagner les employés de l’OPRF. Tout d’abord, une dotation de 650 000 euros sera attribuée pour le paiement des salaires et des factures des fournisseurs, pour le premier trimestre 2022. 

Ensuite, un contrat de sécurisation professionnelle avec la DIECTTE sera mis en place pour les employés. Il devrait permettre de favoriser la reconversion des salariés. Ces derniers pourront bénéficier de mesures d’accompagnements individuels renforcés. Ils percevront aussi des indemnités et des allocations spécifiques. Enfin, la CTG entend développer une nouvelle structure de formation adaptée au territoire.