publicité

Surinam : l'exploitation forestière en plein essor grâce à la Chine

Le Surinam développe actuellement ses exportations de bois, notamment vers l’Asie. La forêt est devenue une ressource très importante pour le pays, à tel point que plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) s’inquiètent désormais des effets de cette industrie. 

  • Sébastien Laporte /MCT
  • Publié le
Le Surinam développe actuellement ses exportations de bois, notamment vers l’Asie. La forêt est devenue une ressource très importante pour le pays, à tel point que plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) s’inquiètent désormais des effets de cette industrie sur l’écosystème et sur les populations qui en dépendent.


Un niveau alarmant 

Sur les routes du Surinam, le balai de ces camions chargés de bois est désormais incessant dans toute la moitié nord du pays.
Pour les organisations impliquées dans la défense de l’environnement, comme le WWF, l’exploitation de la forêt atteint un niveau alarmant.
Laurens Gomes, représentant du Fonds Mondial pour la Nature (WWF) au Surinam et au Guyana explique : 

« Il est évident que la production de bois connaît une croissance importante. Pour nous, c’est une inquiétude. Pour d’autres, cela peut-être considéré comme une bonne chose. Le Surinam a évalué que ses exportations de bois pourront atteindre un million de mètres cubes par an, nous n’en sommes pas encore à ce niveau. Un million de mètres cubes, c’est l’objectif retenu par le Surinam pour une production durable. »


Le bois une ressource majeure

Depuis des années, ils réfléchissaient à l’exploitation de la forêt. On était à environ 300 000 mètres cubes par an, mais ces dernières temps la production est en expansion, elle explose complètement. Officiellement, l’exploitation forestière est parfaitement maîtrisée. Le gouvernement affiche un contrôle qui serait sans faille, avec un traçage de chaque tronc, et des concessions dûment répertoriées.
Le bois est devenu une ressource majeure pour le pays, notamment grâce à la Chine.
Wilco Finisie, directeur des services du ministère du Développement régional précise :

« Le bois part dans différentes parties du monde. Il va aussi bien en Europe, en Indonésie, et il part en Chine en effet. Mais je pense que la plus grande part est destinée à la Chine, qui est très intéressée par les grands grumes du Suriname, les grands arbres tropicaux. Donc les Chinois sont ceux qui achètent le plus de bois en provenance des forêts du Surinam. »


Des investissements lourds 

Les entreprises forestières sont prêtes à investir lourdement pour accéder aux arbres convoités. Allant même jusqu’à édifier des infrastructures importantes dans l’intérieur du pays.
Romeo Ramjiawan, responsable régional, direction des aires protégées, ministère de la Gestion des terres et des forêts (ministery of Spatial planning, land and forest management) est rassurant :

« Il y avait une route qui allait jusqu’à Atjoni, sur le fleuve Suriname, mais avec l’industrie du bois, l’industrie forestière, les Chinois l’ont prolongée, ce qui rend possible l’accès à Aconcongri et Posugrunu. Et donc cet endroit est désormais accessible par la route aussi bien pour les villages Marrons que pour leurs voisins. Maintenant, vous n’avez plus à faire le voyage en pirogue pendant une semaine, deux semaines. En une journée, six heures, vous êtes à Paramaribo. »

 

Une route près d'une aire protégée

Cette route – longue de 80 kilomètres - existe depuis deux ans, elle a été entièrement créée par des forestiers. Elle permet désormais de joindre le Haut Surinam à la région du Haut Saramaka, occupée par la communauté Matawai, une zone isolée qui n’était accessible qu’en pirogue. Elle jouxte une aire protégée.
Romeo Ramjiawan s'interroge :

« Je pense qu’ils ont passé un accord avec les villageois qui ont pu trouver du travail comme bucherons, opérateur sur les machines, ou quelque chose comme ça. Et avec cet accord, ils nettoient, ils défrichent – selon moi c’est un véritable accord. Le seul problème, c’est qu’ils abattent du bois et les animaux disparaissent. Alors pour la chasse, avec le bruit des engins, les chasseurs sont obligés d’aller plus loin. »


Des tensions sur place

Une situation qui aurait généré d’importantes tensions sur place entre les Matawai et l’entreprise asiatique qui exploite ces forêts. Les communautés locales dépendantes de l’écosystème pour subsister bénéficient de licences spéciales qui leur donnent une priorité d’accès dans ces massifs forestiers. Elles acceptent parfois l’intervention d’entreprises privées pour exploiter leurs concessions.
Laurens Gomes, représentant du Fonds Mondial pour la Nature (WWF) au Suriname et au Guyana explique : 

« L’impact est réel. Un exemple, l’une des situations les plus extrêmes se trouve sur le haut du fleuve Surinam, où désormais chaque année nous constatons une augmentation du nombre d’attaques de pumas, ce qui n’était pas arrivé depuis des années et des années. »


L’exploitation de plus en plus intensive du bois pousse les animaux sauvages vers les villages, faisant ainsi naître de nouveaux conflits.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play