Suriname : le parti du président Desi Bouterse perd les élections

élections
Vote au Suriname
Vote au Suriname ©DR
Des clameurs de joies s'expriment déjà dans la capitale du Suriname à Paramaribo. Le parti adverse au président Bouterse mené par Chan Santokhi remporte les élections au Suriname.

 
Ce mercredi, après le décompte de 75% des bulletins, l’opposition se rapproche de plus en plus du palais présidentiel et de la place de l’indépendance.
 

Dési Bouterse le président du Suriname depuis 2010 pourrait perdre les clés du pouvoir


Bien avant ce jour d'élection du 25 mai, les partis opposés à Bouterse avaient annoncés être prêts à gouverner ensemble pour évincer le chef de l’état.
 

En tête de cette coalition, le VHP emmené par Chan  Santokhi, ancien ministre de la justice et de l’intérieur


Les résultats des élections au Suriname montrent un net recul du parti NDP conduit par le président Desi Bouterse.
 

Le Parti de la réforme progressiste (VHP) dirigé par Chandrikapersad Santokhie arrive en tête


Les premières estimations des résultats des votes au Suriname donnent les répartitions suivantes au parlement :

VHP 21 sièges : SANTHOKI
NDP 15 : BOUTERSE
ABOP 8 : BRUNSWIJK
NPS 4 : RUSLAND
PL 2 : SOMOHARDJO
BEP 1 : DIKAN
Paramaribo Palais du Gouvernement
©Jean-Pierre Karam


Le Parti démocratique national (NPD) de Desi Bouterse perd de nombreux électeurs


Ces résultats indiquent que le VHP obtient 21 sièges. Le NPD de Desi Bouterse perd pratiquement la moitié de ses sièges, passant de 26 à 15 sièges au parlement.
Le dépouillement des bulletins de votes se poursuit à Paramaribo ce mercredi dans la capitale du Suriname.
Les observateurs estiment que ces nouveaux résultats, une fois connus, ne devraient pas changer énormément les répartitions des sièges des députés.
Vote du président Bouterse
Vote du président Bouterse ©DR
Lors des débats politiques diffusés mardi soir sur les chaines de télévison du Suriname,  les analystes ont fait valoir que le NPD de Bouterse a été sanctionné en raison d'une mauvaise politique économique et des turbulences financières qu'il laisse maintenant derrière lui.
 

Le nouveau gouvernement doit prendre ses fonctions dans les trois mois


380 000 électeurs Surinamais étaient appelés aux urnes ce lundi 25 mai.
Les Surinamais devaient renouveler les membres du Parlement ainsi que les représentants de districts et les conseillers municipaux. Un grand scrutin qui permettra d'élire 934 élus.

Les 51 législateurs auront pour mission, ensuite, de choisir le chef de l'Etat du Suriname.

Mardi soir, après le décompte de 75% des bulletins, l’opposition se rapprochait de plus en plus du palais présidentiel et la place de l’indépendance.
 

Dési Bouterse, président du Suriname depuis 2010 pourrait perdre les clés du pouvoir


Bien avant ce 25 mai, Les partis opposés à Bouterse avaient annoncés être prêts à gouverner ensemble pour évincer le chef de l’état.
En tête de cette coalition, le VHP emmené par Chan  Santokhi, ancien ministre de la justice et de l’intérieur.
Si  les clameurs montent déjà du côté de Paramaribo, Chan Santokhi et son parti veulent rester prudents dans l’attente des résultats officiels. Sauf retournement de situation avec moins de 25% des suffrages à dépouiller, il semble bien que le président Bouterse se dirige vers une défaite.

Le prochain président surinamais devrait être désigné par les 51 députés élus au cours de ce scrutin du 25 mai avant une prestation de serment prévue le 12 août prochain.
 

Les enjeux sont majeurs pour l'avenir de l'actuel président surinamais


Qui est le président actuel du Suriname ?

 
Vote du président du Suriname
Vote du président du Suriname ©DR
Desi Bouterse a 74 ans. Il a joué un rôle majeur au Suriname depuis le coup d’état militaire de 1980 et risque 20 ans de prison. Le président du Suriname a été reconnu coupable d’une série d’exécutions commises sous la dictature et connues sous le nom «d’assassinats de décembre».

Il a fait appel de cette décision, mais ce n’est pas la première fois qu’il est condamné.
En 2000, il a écopé d’une peine de 11 ans de prison, prononcée par un tribunal des Pays-Bas pour trafic de cocaïne. La présidence de la République du Suriname lui procure l’immunité diplomatique.

Les enjeux de ces élections sont donc majeurs pour l'avenir du Suriname ainsi que pour l'actuel président surinamais. 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live