Les plages du Prêcheur englouties par la houle

environnement
conséquences houle prêcheur
À l'Anse Céron, sous l'effet de la houle le sable a fait place aux galets. ©Martinique 1ère
La forte houle de la semaine dernière a laissé des traces sur la côte nord-caraïbe. Les plages du Prêcheur ont quasiment disparu sous les flots. Les visiteurs mais aussi la faune souffrent de cette situation.
Difficile d'apercevoir un grain de sable sur les plages du Prêcheur. À l'Anse Couleuvre comme à l'Anse Lévrier la mer a gagné du terrain sur le littoral. À l'Anse Tamarin, plage souvent occupée par les surfeurs, la côte n'est que galets. À certains endroits, la mer a gagné quinze mètres sur la terre.

Activités économiques compromises, faune menacée

La disparition des plages en plein milieu de la haute saison touristique tombe mal pour les excursionnistes. Les pêcheurs ont plus de mal à mettre leurs embarcations à l'eau. En plus de l'activité économique, la faune est également menacée. Les nids des tortues marines et ceux des iguanes endémiques qui vivent sur l'une des plages, sont eux, menacés par les flots.

Si dans la commune du nord, on a l'habitude de ce genre de phénomène, comme le dit le maire, Marcelin Nadeau, "la situation est préoccupante". Le premier magistrat de la ville indique qu'il alertera l'État et la CTM sur les risques et les conséquences liés à la houle et à l'érosion sur le territoire du Prêcheur.

Le reportage de Stéphanie Octavia et Patrice Château-Degat :
Les conséquences de la forte houle sont nombreuses au Prêcheur.
Intervenants : - Jean-Guy Gabriel, marin-pêcheur et adjoint au maire du Prêcheur
- Marcelin Nadeau, maire du Prêcheur
Les Outre-mer en continu
Accéder au live