250 habitations endommagées au nord de Martinique après les dernières intempéries 

intempéries
Dégâts pluies au nord
Dégâts occasionnés dans le nord par les fortes de pluies (novembre 2020) ©Cap Facebook Cap Nord
6 communes du nord de l’île recensent encore des administrés dont les maisons ou les terrains ont été endommagés, à la suite des fortes pluies des derniers jours. Au total, près de 250 habitations ont été impactées. L'Etat et la CTM débloquent des aides.
Lorrain, Marigot, Sainte-Marie, Trinité, Robert, et le Gros-Morne sont les communes du nord les plus touchées par les pluies diluviennes de ces derniers jours.

Conséquences : plusieurs habitations et terrains familiaux ont été endommagés à des degrés divers. Certaines familles ont dû être relogées en urgence par les municipalités ou hébergées provisoirement par des proches.
 

Les chiffres (au 23 novembre 2020)


    •    Sainte-Marie (commune la plus impactée)
    ⁃    83 dommages (maisons inondées, glissements de terrains...)
    ⁃    11 familles relogées au lendemain des intempéries 

    •    Robert 
    ⁃    60 dommages 
    ⁃    Des relogements temporaires (en cours de recensement)

    •    Trinité 
    ⁃    50 dommages
    ⁃    2 relogements 

    •    Gros-Morne
    ⁃    32 dommages 
    ⁃    14 relogements 

    •    Lorrain
    ⁃    17 dommages
    ⁃    4 relogements 

    •    Marigot
    ⁃    8 dommages
    ⁃    1 relogement 
(Sources CCAS & CTM)

Ce bilan est non exhaustif pour le moment, car les déclarations de sinistres n’auraient pas encore été toutes enregistrées dans certaines communes. Des municipalités qui redoutent encore des mouvements de sol en cas de nouvelles pluies.
Dégâts des eaux dans le nord
Le président du conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique (Alfred Marie-Jeanne) constate les dégâts des pluies sur le terrain - au Gros-Morne, à Sainte-Marie, à Trinité et au Marigot (novembre 2020) ©Tweeter CTM
Le président du conseil exécurif de la Collectivité Territoriale de Martinique s’est rendu dans chaque ville concernée avec ses conseillers et les maires, afin de constater les dégâts et d'évaluer les aides financières.
 

Après ces rencontres, les décisions ont été rapidement prises. Le président du conseil exécutif a proposé de débloquer une enveloppe financière de 250 000€, uniquement pour venir en aide aux familles.

Grâce aux CCAS, et en lien avec les services sociaux de la CTM, la situation de chaque foyer est évaluée et les aides parviendront très rapidement.

La commission des financeurs réunie le mardi 17 novembre 2020, regroupe la CTM, la CAF, la CGSS et les CCAS.
 

"Attention particulière aux personnes âgées"

Dès ce mercredi (25 novembre 2020) des décisions seront prises. Il faudra bien entendu des secours d’urgence, mais certaines situations demanderont un accompagnement plus long, notamment dans le domaine du logement.

Une attention particulière sera réservée aux personnes âgées. D’ores et déjà un accompagnement psychologique s’impose pour certaines familles.

(Francis Carole - conseiller exécutif en charge des affaires sociales à la CTM)

Francis Carole sur le terrain
Francis Carole en compagnie du maire du Gros-Morne (Gilbert Couturier) chez une famille sinistrée de la commune. ©CTM / DR
Les experts en assurance sont eux aussi sur le terrain en ce moment. Le ministre de l'Outre-mer a déjà annoncé que l'état de catastrophe naturelle sera décrété pour 5 des 6 municipalités concernées : Robert, Trinité, Sainte-Marie, Marigot et Gros-Morne. 

Le député Serge Letchimy a été "le relai parlementaire qui a soumis la demande à l'Assemblée nationale et reçu l'engagement ministériel" se satisfait Cap Nord.

Au début du mois de décembre 2020 à Paris, le président de Cap Nord, Bruno Nestor Azérot, doit conduire une mission composée de ses homologues touchés par le mauvais temps.
 

La solidarité nationale est sollicitée 

 
Elle aura pour objectif d’obtenir "avec des dossiers chiffrés à l’appui", toutes les aides nécessaires à la restauration totale des infrastructures du territoire du nord. 
 

Néanmoins, les élus sont tout à fait conscients qu'il faudra désormais imaginer un aménagement du territoire rigoureux, en tenant compte des zones rouges et à risque, car il sera dorénavant impossible de continuer à laisser se développer un habitat mal maîtrisé.

(Bruno Nestor Azérot - président de Cap Nord et maire de Sainte-Marie

Les Outre-mer en continu
Accéder au live