Baccha Festival 2022 : le DJ organisateur de soirées, Mickael Léton, dénonce ce qu’il juge "insupportable"

spectacle
Mickaël Léton  / spectacles / DJ / soirées / zouk
Mickaël Léton, organisateur de soirées et de spectacles, bien connu des artistes, sur les médias et internaute très actif. ©Capture Facebook LM LE DJ by Mickaël Léton / Micha
Dans un post publié sur sa page Facebook le 15 août 2022, Mickael Léton livre une analyse critique sur l’organisation générale du Baccha Festival du week-end dernier au Vauclin. L’entrepreneur de grandes soirées zouk et de spectacles vivants, bien connu dans le milieu artistique, sur les médias et très actif sur les réseaux sociaux, se félicite de l’organisation générale, mais il étrille ce qu’il qualifie "d'insupportable" : "injures, insanités"…

Samedi 13 et dimanche 14 août 2022, près de 30 mille personnes ont vécu le "Baccha Festival 2022", avec la participation d’une quarantaine de Djs et artistes sur les deux scènes de la Pointe Faula au Vauclin.

Si globalement la manifestation a su captiver une majorité de son public, certains spectateurs en garderont un goût bien amer à cause d’injures sur scène, de musiques obscènes ou de certaines tenues vestimentaires, le tout jugé "insupportable" par Mickael Léton.

Ne confondons pas Baccha Fest…et Baccha fesse. 

ML

L’entrepreneur de grandes soirées zouk et de spectacles vivants, bien connu dans le milieu artistique et sur les médias, mais également très actif sur les réseaux sociaux, dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas d’après lui. Micha (comme on le surnomme) considère que cette manifestation est et doit rester "une vitrine pour la Martinique", au même titre que le tour de Martinique en yoles par exemple.

On doit vendre autre chose aux gens.

Micha

DECOUVREZ L’ESSENTIEL DE SON POST CI-APRES

On va commencer par les félicitations :

Bravo, je suis fier de mes compatriotes, car ce festival dans son organisation était d’une qualité exceptionnelle ! La logistique, le nombre de salariés et bénévoles, la rapidité des interventions sanitaires, la fluidité des filtres, la coordination de la sécurité, l’investissement financier, physique, moral, la sonorisation, la lumière…. etc, messieurs je vous tire mon chapeau !

Passons aux critiques négatives… mais constructives :

C’était INSUPPORTABLE de voir régulièrement des Djs, artistes ou autres, injurier autant dans un micro, en passant autant de sons peu recommandables, trop souvent c’était lolo, koké, koukoun… etc. Ce n’est pas normal et il doit avoir un recadrage. On ne peut pas avoir autant de partenaires, le comité du tourisme, les médias et laisser dire autant d’insanités pendant tout le week-end.

"Une vitrine de la Martinique"

La Baccha Fest devient avec les années, une vitrine de la Martinique. On doit vendre autre chose aux gens qui se déplacent pour nous voir. On n’est pas dans la petite soirée du coin ou sur un bateau de tour des yoles ! Bien entendu, les organisateurs étaient à droite à gauche, mais messieurs il va falloir briefer sérieusement vos prestataires pour que ce festival qui mérite de continuer d’exister ne sombre pas, par manque d’éthique.

Mickaël Léton / tourisme / soirées
Mickaël Léton, acteur culturel, en compagnie de Karine Mousseau, ex présidente du CMT (Comité Martiniquais du Tourisme). ©Capture Facebook LM LE DJ by Mickaël Léton / Micha

La Musique Rap a eu une trop grande place le dimanche, n’oubliez pas qu’il y a un vrai mélange de générations. C’était devenu agaçant, en plus de paroles pas toujours appropriées pour nos jeunes.

En outre, beaucoup d’artistes ont réussi à faire des tubes de manière surprenante grâce aux réseaux sociaux, mais ils n’ont pas d‘envergures pour un tel festival…

"Des artistes underground"

Du coup, on avait l’impression de se retrouver parfois dans une fête patronale avec des personnes ne sachant pas du tout chanter (…). Trop de temps morts entre chaque artiste, il faut prévoir sans doute un DJ qui va meubler à chaque coupure.

Le groupe Vayb rentre en scène trop tardivement… Ce fût paradoxal car par rapport à la clientèle majoritairement jeune, on n’aurait jamais cru qu’ils auraient enflammé le festival. C’est tout simplement parce qu’on a enfin eu des artistes jouant de la musique… des musiciens professionnels et pas des artistes "underground" qui n’ont rien à raconter à nos jeunes.

Mettez du patriotisme dans vos organisations, mettons nos artistes en avant, soyons chauvins. On n’est pas obligé de tous les prendre, mais Saël ou Maurane méritaient la grande scène, leurs paroles sont propres, ils savent chanter. Ils auraient contribué à donner de la qualité et plus de sérieux que toutes ces femmes de plus en plus dénudées qui montent chanter du Bouyon à la con en remuant leur croupion, avec des paroles qui ne valorisent pas du tout la femme !

"Confondre... la vulgarité et le sexy" 

Je ne comprends plus ce monde dans lequel on vit, où la femme demande beaucoup de respect et parallèlement, au fil du temps, ne cessent de se dégrader en chantant autant de chansons sexistes et méprisantes pour elle-même, en plus de confondre sur le plan vestimentaire, la vulgarité et le sexy ! Mettre un joli paréo et un maillot de bain ou un boxer en dessous, c’est joli et c’est chic !

Mais c’est quoi ces femmes qui vont voir un festival de musique avec un string ficelle et sans rien par-dessus ? En plus d’être dénudées, il faut « back it up » et nous offrir vraiment votre intimité, ce qui ne nous intéresse pas ! C’est cela exprimer sa féminité ? (…). C’est abusé, c’est moche et c’est indécent ! De grâce, ne confondons pas Baccha Fest… et Baccha fesse !

(Post signé Mickael Léton, via sa page Facebook)