Contrôle de température et gestes barrières indispensables en provenance et à destination de Martinique

coronavirus
4 millions de passagers utilisent l'avion chaque année depuis ou vers l'Outre-mer
Tour de contrôle en liaison avec un avion sur la piste. (4 millions de passagers utilisent l'avion chaque année, depuis ou vers l'Outre-mer) ©AFP
Depuis la sortie de l’état d’urgence (le 10 juillet 2020), les autorités ont modifié le régime de contrôle des frontières et de suivi sanitaire des voyageurs qui arrivent en Martinique ou en partance vers l’hexagone. Gestes barrières et port du masque sont obligatoires.
Les passagers qui souhaitent se rendre dans un territoire ultramarin en général, dont la Martinique, âgés de plus de 11 ans, doivent justifier d’un test Covid-19 négatif réalisé dans les 72h avant l’embarquement.
 

Ce résultat négatif est un gage de sécurité : il est obligatoire et sera demandé à l’embarquement.

L'Etat


Laboratoires saturés


En cette période estivale, les demandes de tests explosent, d’où les longues files d’attente observées devant les laboratoires et les résultats retardés. Certaines compagnies aériennes ont même passé des conventions avec des établissements, afin que leurs clients puissent récupérer au plus vite leur diagnostic.  

Le passager doit également fournir une attestation sur l’honneur, affirmant qu’il ne présente pas de symptômes et qu’il n’a pas connaissance d’avoir été en contact avec un cas confirmé de coronavirus 15 jours avant son départ. 
 

Plus de quarantaine pour les arrivants de l'hexagone 


Les passagers à destination des Antilles et des autres territoires ultramarins ne sont plus soumis à une mesure obligatoire de quarantaine à leur arrivée. Toutefois, les autorités publiques recommandent aux personnes concernées des consignes strictes.
 

Respecter scrupuleusement les gestes barrières, éviter les rassemblements publics et les lieux publics très fréquentés, porter un masque pendant cette période et se faire dépister sept jours après leur arrivée.

Coronavirus - gestes barrières
Les gestes barrières recommandés par le gouvernement ©gouvernement.fr/infos-coronavirus
Ces autorités précisent que "ce sont des gestes civiques importants qui permettent de détecter d’éventuels cas asymptomatiques et de réduire au maximum les risques de propagation de l’épidémie", d’autant que le nombre de nouveaux cas est reparti à la hausse dans plusieurs régions.

Quant aux voyageurs en provenance ou à destination des zones de circulation active du virus comme la Guyane, ils doivent justifier d’un "motif impérieux de déplacement".
 

Prise de température et gestes barrières à destination de l’hexagone 


Il n’est plus nécessaire de justifier d’un motif impérieux pour voyager à destination de la France continentale. En revanche, certaines conditions sanitaires restent maintenues, comme le contrôle de la température avant d’embarquer ou le port du masque dans l’aérogare et à bord de l’avion. 
Les voyageurs doivent aussi remplir une déclaration sur l’honneur, attestant ne pas être atteint de la Covid-19.
 

La vigilance de tous est plus que jamais nécessaire pour éviter un rebond épidémique.

L'Etat

Voyage en avion
Conditions à remplir pour voyager en avion ©Préfecture de Martinique
Depuis lundi 20 juillet 2020, le port du masque est obligatoire dorénavant dans les espaces clos, une décision qui se fonde "sur les indicateurs de suivi de l’épidémie que sont le R effectif, le taux d’incidence hebdomadaire, le nombre et le taux de tests positifs effectués et l’état des capacités d’accueil de malades graves en réanimation" expliquent les services de l’Etat.
 

Par ailleurs, des incertitudes demeurent sur la transmission du virus dans l’air, qui a fait l’objet le 6 juillet 2020 d’une lettre à l’OMS signée par 239 scientifiques issus de 32 pays, qui ont notamment fait part de leurs observations sur la fréquence des contaminations et des clusters en milieu clos, particulièrement en cas de brassage d’air, et même en l’absence de projection directe.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live