Covid-19 : le docteur Bernard Bucher réclame un visa sanitaire pour tous les voyageurs à destination des Antilles et de la Caraïbe

transports
Dr Bernard Bucher
Dr Bernard Bucher, professeur de santé publique à l'Université Georges Washington. ©Martinique la 1ère
Des voix s'élèvent pour préconiser un visa sanitaire pour les voyageurs à destination des Antilles et de la Caraïbe. Avec le déconfinement phase 2 mardi 2 juin 2020 et la reprise progressive des liaisons aériennes, le docteur Bernard Bucher, professeur de santé publique, tire la sonnette d'alarme.
Il n'y a pas de doute sur l'origine des cas de Covid-19  en Martinique. Le virus est d'abord venu des bateaux de croisières, puis des liaisons aériennes. L'ARS qui a affiné ses études précise que la plupart des personnes qui ont été infectées par le virus venaient de l'extérieur de la Martinique et notamment de France et de Guyane.

La Martinique comme la France va entamer la phase 2 du déconfinement. Le premier ministre qui intervenait jeudi 28 mai a annoncé de nouvelles mesures. Elles entreront en vigueur le mardi le mardi 2 juin 2020.


Tester tous les voyageurs


Le virus circule et des inquiétudes spécifiques demeurent notamment au niveau des liaisons aériennes. Le docteur Bernard Bucher, professeur de santé publique à l'Université Georges Washington, tire la sonnette d'alarme.
Il est urgent selon ce professionnel médical de tester tous les voyageurs avant leur montée dans l'avion et d'instaurer une succession de filtres en prenant leur température également. 
 

Nous avons fait beaucoup de sacrifices, la population a accepté le confinement et a joué le jeu. Il ne faut pas remettre tout cela en cause en laissant passer des virus venus de l'extérieur. Pour toutes les îles ce sera un problème. Il faut anticiper et redémarrer dans des conditions sanitaires les meilleures possibles de manière à ne pas revenir à zéro.


Le docteur Bernard Bucher réclame un visa sanitaire pour les voyageurs à destination des Antilles et de la caraïbe.

Silence du ministère de la santé 


Sans politique de santé publique concertée et unie face à une crise sanitaire internationale, les îles de la caraïbe et nos îles appliquent une réglementation différente.

Le député Jean-Philippe Nilor est monté au créneau en demandant un visa sanitaire au ministre des Solidarités et de la santé en date du 28 mars 2020. Sa question n'a toujours pas de réponses.

Chacun y est allé de sa propre vision culturelle de la médecine et de ses propres règlements précise le Docteur Bucher et l'avenir de la santé publique pose forcément question. 
 

Il y a un argument économique. Il n'y a pas assez de tests, ils coûtent cher et cela pèse dans les décisions de construire une politique commune.


Un passeport sanitaire appliqué ailleurs

 

Le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni souhaite qu'un "green pass" basé sur un test Covid négatif, conditionne à partir du 23 juin 2020 l'entrée en Corse de toute personne non résidente.

"Cet accès "conditionné" permettrait de limiter les risques pour la personne entrante d’être contaminée ou contaminante, fait-il valoir.
Pour l'heure, le ministre des solidarités et de la santé n'a pas donné son aval à la mise en place d'un passeport sanitaire pour les voyageurs à destination de l'île de beauté.

La compagnie Emirates (compagnie aérienne basée à Dubaï, actuellement la plus importante compagnie des Émirats arabes unis et du Moyen-Orient a pris le parti de mettre en place un filet sanitaire en testant les passagers avant leur montée dans l'avion. Il s’agit d’un test sanguin effectué par l’Autorité de la santé de Dubaï. Dix minutes. C’est le temps qu’il faut à Emirates pour détecter le coronavirus avec ses" tests rapides ».

La compagnie assure également avoir imposé des gestes barrière aux passagers et aux employés comme le respect d’une certaine distance ainsi que le port obligatoire de gants et d’un masque.
Bernard Bucher : professeur de santé publique
Médecin martiniquais, Bernard Bucher est un spécialiste d'immunopathologie et de santé publique, professeur de santé publique internationale à l'Université américaine George Washington.
Il est également expert auprès de la commission européenne dans le domaine de la santé. Il a également co-présidé la commission "Santé-tourisme et développement" pour la PAHO/OMS (Organisation panaméricaine de la santé).

Consultant pour des organismes publics et privés, il était rattaché à la présidence du SDIS de Martinique pendant la crise sanitaire. Il avait la charge d'accompagner les maires à leur demande pour prendre des dispositions en matière de santé publique. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live