Crise sanitaire : le "comité citoyen de transparence" met fin à ses activités

coronavirus
Comité Citoyen de Transparence / CCT
Les 7 premiers membres du CCT (Comité Citoyen de Transparence) : Danielle Marcelline, Claude Lise, André Lucrèce, Céline Rose, Ludo, Hailey et Marcus Cheviot. ©RS
Six mois, cela aura été la durée de vie du "Comité citoyen de transparence". Selon ses membres, l'objectif d'assurer la transparence des informations sur la situation sanitaire en Martinique a été atteint et désormais la phase plus politique des débats qui animent la société ne rentre pas dans le cadre de ses attributions.

Le 9 août 2021 le Préfet Stanislas Cazelles annonçait la création d'un "Comité citoyen de transparence". L'instance présentée comme indépendante et composée de membres de la société civile venus de tous horizons. Influenceuse, humoriste, sociologue, médecin, vaccinés ou non vaccinés, les membres bénévoles étaient chargés d'apporter des réponses vérifiées au grand public à propos de la situation sanitaire.

Le CCT a ainsi rencontré dans le cadre de ses activités de nombreux experts ou organismes susceptibles de l'éclairer, et à travers lui la population, sur les interrogations légitimes des martiniquais.

  • 9 Août : Visite de l'unité des soins intensifs au CHUM

  • 19 Août 2021 : rencontre dans les locaux de l’ARS avec le Directeur et plusieurs responsables.

  • 23 Août : rencontre avec le Préfet.

  • 26 Août : rencontre avec le Président du Conseil de l’Ordre des Médecins, de son premier vice –président et du secrétaire, dans leurs locaux.

  • 2 Septembre : entretien avec le Dr Clément ANIN puis avec le Pr ROUVILLAIN.

  • 3 Septembre : 9h rencontre à la CTM avec la conseillère exécutive Mme THALY-BARDOL, de sa

    DGA et d’une chargée de mission ; 11h : rencontre, dans ses locaux du Carbet, avec la directrice de SOS KRIZ et de 4 préventeurs ; 14h : rencontre, à la clinique Saint-Paul, du Dr Nabil MANSOUR.

  • 16 Septembre : entretien, en visio, avec le Pr CABIE .

  • 28 Septembre : le CCT est auditionné par une délégation parlementaire.

  • 7 Octobre : rencontre avec le Président de l’Ordre des pharmaciens puis avec un avocat.

  • 18 Octobre : le CCT est auditionné par une délégation sénatoriale.

  • 21 Octobre : le CCT rencontre un représentant du CCT de Guyane.

  • 10 Novembre : rencontre avec le Président du CESECEM.

  • 18 Novembre : rencontre avec le Dr JOS-PELAGE.

Le CCT estime que son activité était crédible auprès des martiniquais soucieux de disposer d'informations vérifiées. La première action des membres a ainsi été d'attester de la réalité de la congestion occasionnée au service hospitalier par le COVID 19.

Aujourd'hui le CCT considère que la situation sanitaire est passée à une autre phase dans le cadre de laquelle son activité ne se justifie plus, comme le confirme le sociologue André Lucrèce, membre du comité.

Les questions auxquelles nous répondions étaient des questions sanitaires. On est passé à une phase beaucoup plus politique qui ne nous concerne pas et qui ne nous a jamais concernée.

André Lucrèce - Membre du CCT

Martinique La 1ère

Avant de cesser ses activités, plusieurs recommandations ont été faite aux autorités:

Le CCT suggère que les points suivants fassent l’objet de recherches, d’enquêtes et de publication : les symptômes graves développés par des malades du covid asymptomatiques qui se déclarent plusieurs mois après la maladie, l’importance des arrêts maladie pour cause de covid (de soi-même ou d’un enfant), l’inventaire dans les écoles, collèges et lycées, des classes impossibles à aérer afin de connaître le nombre de capteurs de CO2 à installer, le recensement et le suivi, dans les établissements scolaires des enfants qui ont subi des traumatismes liés à la maladie et/ou au(x) décès de proches...

Comité citoyen de transparence

Comité citoyen de transparence

  • Le CCT affirme avoir rencontré un excellent accueil auprès de la population et des médias (notamment les médias nationaux). Reste à évaluer l'impact réel du travail effectué sur une population qui nourrit encore beaucoup de défiance vis-à-vis à des autorités.