Crise sociale en Martinique : les routes sont partiellement accessibles ce dimanche

transports
61a38bbad0215_whatsapp-image-2021-11-28-at-08-31-47.jpeg
Le rond-point de Rivière -Salée (dimanche 28 novembre 2021). ©Philippe Sans
Les principales routes du territoire sont certes, jonchées d’objets divers mais globalement accessibles ce dimanche 28 novembre 2021. Des barrages filtrants demeurent dans 3 communes.

Des épaves de véhicules souvent calcinés et des détritus obstruent les principales routes et ronds-points de Martinique. Mais les tenants de ces barrages ne sont pas là, ou très peu présents. Les usagers peuvent circuler presque normalement ce dimanche (28 novembre 2021).

Zone police

Les carrefours de Mahault et de Carrère au Lamentin sont accessibles ainsi que les entrées de Fort-de-France, confirme la direction de la police. Cependant la réalité du terrain change d'un instant à l'autre. Des automobilistes ont constaté le maintien du  blocage de ces carrefours....

Zone gendarmerie 

Tous  les ronds-points bloqués depuis le début de la semaine, sont accessibles. Cependant des barrages filtrants sont toujours en place ce dimanche matin dans trois communes. 

♠Au rond-point de Poirier à Rivière-Pilote.  

♠À l’angle de la place Clarissa et du restaurant rapide à Sainte-Marie.

♠Au rond point Concorde au Vauclin.

Dans tous les cas de figure, "les agents de services de la CTM sont sur le terrain pour dégager les voies entravées par les barrages", précise la direction de la communication de l’institution.

Ce "relâchement" des barrages du week-end n’est peut-être qu’un répit. Mario Moreau, une des figures de la révolte sociale de 2009, syndicaliste et militant culturel, alerte Serge Letchimy, président du conseil exécutif.

Les jeunes ont pris possession du pays et se sont installés partout de chez partout..Ils sont déterminés et revendiquent pour toute la Martinique et aussi pour la jeunesse. Ils ont annoncé que samedi et dimanche…vous pourrez passer...mais à partir de lundi c'est bloqué de chez bloqué... Ce n'est qu'un témoignage de ce que j'ai vu et constaté....la situation est plus préoccupante qu'en 2009....

Mario Moreau, syndicaliste et militant culturel