Crise sociale : le ministre de l'outre mer se félicite de l'attitude de l'intersyndicale en Martinique par rapport à la Guadeloupe

social
Le ministre des Outre-mer Sebastien Lecornu lors d'un point presse en Guadeloupe.
Dans un long point avec la presse, lundi (29 novembre 2021) en fin d'après-midi, le ministre de l'outre-mer a dressé le bilan de son court séjour en Guadeloupe avant de gagner la Martinique. Il a fait une comparaison qui pourrait susciter des remous.

Quelle sera  la portée de cette déclaration de Sébastien Lecornu, ministre de l'outre mer lors de sa conférence de presse ce lundi en fin d'après-midi en Guadeloupe ? Visiblement déçu par certains élus et l'intersyndicale de Guadeloupe, il a osé une comparaison.

"La situation en Guadeloupe est l'une des grandes différences avec ce qui se passe en Martinique. La situation n'est en rien comparable entre la Martinique et la Guadeloupe, puisqu'en Martinique les préalables républicains, ont été remplis tant par les élus que par l'intersyndicale".

C'est ce qui permet d'avoir "cet accord de méthode qui commence à se dérouler" dit Sébastien Lecornu avec une légère hésitation, en raison du faux départ des négociations lundi matin (29 novembre 2021) en Martinique.

L’accord de méthode prévoit le début des discussions sur les ateliers thématiques ce lundi. Pour ce qui concerne les services et opérateurs de l’État, les participants des ateliers Chlordéconémie, Vie chère-carburant-gaz et Pêche, ont pu se rendre sur les lieux prévus pour les échanges. En l’absence de la partie syndicale, ces ateliers n’ont pas pu se tenir. Quant aux autres ateliers, les participants des services de l’État n’ont pas pu se déplacer sur les lieux prévus. Ce qui empêche le démarrage des ateliers. Un entretien a eu lieu avec l’intersyndicale pour constater ces impossibilités.

Préfecture de Martinique

 

"Renforcement de la grève dans les entreprises et des actions sur le terrain"

De son côté l'intersyndicale représentée ce lundi soir par Gabriel Jean-Marie de la CGTM est en colère et appelle à la (re)mobilisation.

Comme pour la médiation avec l’Intersyndicale de la Santé, elle a constaté que le préfet avait élaboré le programme de ces rencontres en atelier, de manière unilatérale, sans même que certains représentants de collectivités soient informés. Face à un tel mépris, la délégation de l’Intersyndicale a décidé de mettre un terme à la rencontre de ce jour. Elle a demandé au représentant de l’Etat de clarifier sa position sur l’exécution de l’accord de méthode. Dans ces conditions, l’Intersyndicale appelle à la poursuite et au renforcement de la grève dans les entreprises et des actions sur le terrain. Elle organisera mardi 30 novembre 2021 une assemblée générale à 8 heures à la Maison des Syndicats à laquelle elle convie l’ensemble des travailleurs et la population

Gabriel Jean-Marie, intersyndicale