De jeunes coursiers ambitieux à la barre de Mr. Bricolage

yoles
MR BRICOLAGE
Karim et Jémina seront sur la yole pendant la semaine de compétition. ©LAV
L’association "Las Palmas" a présenté, ce mercredi (20 juillet), au Lamentin, sa yole sponsorisée par Mr Bricolage. C’est l’une des plus connues de la flottille alors même qu’elle n’occupe pas le haut du classement. Son équipage est très jeune et pour ce tour 2016, il a de l’ambition.
Pour le Tour de la Martinique 2016, l'association robertine "Las Palmas" a des ambitions : terminer le tour, certes, mais surtout figurer parmi les dix premiers au classement général. L'objectif est peut-être ambitieux pour cette yole, habituée aux dernières places du classement. Mais le 14 juillet dernier, Mr. Bricolage terminait à la 13e place du championnat sur 19 embarcations. Sa nouvelle yole semble performante. "J'ai d'autres amis yoleurs qui m'ont vu. Ils m'ont dit : "votre yole, là, elle est véloce. Déjà vous les enfants, vous commencez à progresser. Il faudra faire attention", raconte Karim, 16 ans, qui sera sur son deuxième tour.

"Las Palmas" compte une quarantaine de membres. Les plus jeunes ont 13 ans. C’est d’ailleurs la marque de fabrique de l’association robertine. Elle fait de l’insertion en formant les coursiers qui, petit à petit, acquièrent de l’expérience. "Dessaler, quand la mer est agitée, remettre les voiles, ce ne sont pas des choses que l'on voit à l'entrainement. C'est seulement au tour qu'on les voit. Quand tu sais comment ça se passe, tu peux mieux appréhender les choses après", explique Jémina qui fera son deuxième tour.

Un rêve pour ces jeunes

Sur la yole, il y a aura des coursiers d’expérience comme Grégory, 21 ans, qui encadrera les plus jeunes. Il a déjà participé à son dixième tour mais il pourrait souffrir d'un manque de rythme. Pendant l'année, il ne s'entraîne pas en mer. Il habite à Bordeaux où il fait ses études de chimie. "Le physique, on essaye de l'entretenir au maximum, de courir quelques fois, de faire de la musculation, au moins le cardio pour tenir toute la semaine", rassure Grégory. "La technique, au bout de quelques courses, on reprend ses repères". 
  
Le Tour sera en tout cas un évènement grandiose pour ces jeunes qui en ont rêvé. "Depuis tout petit, je rêvais de faire le tour. C'est de voir les hommes sur la mer, l'ambiance quand la caméra passait, ça m'a toujours plu cette image-là", se souvient Emerick, 14 ans. Il sautera dans le grand bain, dimanche 31 juillet prochain, lors du prologue à Fort-de-France.