Deux journalistes de Martinique la 1ère agressés lors d'une retraite aux flambeaux au François

faits divers
Mani
Manifestation au François, dans le cadre du 173e anniversaire de l'abolition de l'esclavage en Martinique. ©Fabrice Defremont

Matériel volé, journalistes agressés et menacés dans l'exercice de leur fonction, lors d'une retraite aux flambeaux au François samedi soir (22 mai 2021) pour le 173e anniversaire de l'abolition de l'esclavage en Martinique.

Au nombre des manifestations annoncées pour commémorer le 173e anniversaire de l'abolition de l'esclavage en Martinique, plus de 200 personnes se sont retrouvées symboliquement à l'entrée de l'habitation Clément au François (Groupe Bernard Hayot), à l'appel des réseaux sociaux.

Des familles entières vêtues de noir pour la plupart, comme demandé dans l'invitation. Certains arborent des symboles (rouge-vert-noir) pendant cette manifestation culturelle très animée sur un lieu improvisé. Des danseurs au son du tambour et de conques de lambi, se succèdent.

Agression inconcevable

 

Tout s'était bien déroulé, lorsqu'en début de soirée (22 mai 2021), au moment de la retraite aux flambeaux, les esprits s'échauffent. Un groupe d'extrémistes s'en prend à nos deux journalistes. Ils sont menacés, agressés verbalement et se font prendre le matériel de reportage et de transmission.

Les habitations sont des lieux de souffrance où sont morts les ancêtres des Martiniquais. Que des militants appellent au souvenir à cet endroit, c'est leur droit ! Ils travaillent à la réappropriation de certains lieux importants de l'histoire martiniquaise. Il est aussi de notre devoir de traiter cette actualité conformément à notre déontologie et à nos obligations de service public. Mais nous dénonçons ces pratiques violentes, inconcevables avec la liberté de la presse.

Cette agression (une de plus, voir aller plus loin) à l’encontre de journalistes de Martinique la 1ère dans l’exercice de leur métier, est condamnée par la direction de l'entreprise.

agression journalistes /rédacteur en chef

Une plainte sera déposée ce matin 23 mai 2021. 

* Le 13 janvier 2020, lors du procès de plusieurs personnes, des inconnus arrachent la caméra des mains de notre confrère Jean-Claude Samyde alors en direct sur la page Facebook de Martinique la 1ère.

Le jeudi 25 mars 2021, certains manifestants qui soutiennent leurs camarades jugés dans le cadre du saccage d'une boutique d'une distillerie à Macouba, incendient notamment une des voitures de reportage de Martinique la 1ère.