Difficile pour certains commerçants de Martinique de climatiser portes fermées

environnement
Un reportage de Delphine Bez et Olivier Nicolas-dit-Duclos. ©Martinique la 1ère
La ministre de la Transition énergétique voudrait interdire la climatisation des commerces portes ouvertes au niveau national. L'amende imposée aux contrevenants serait alors de 750 euros. Un décret allant dans ce sens sera prochainement soumis au conseil d'État. Mais la mesure semble brutale aux professionnels locaux.

Au centre-ville de Fort-de-France, la plupart des commerces climatisent portent ouvertes. Une pratique que les propriétaires expliquent comme favorisant l'entrée et l'accueil des clients. Par ailleurs, bon nombre d'enseignes n'ont tout simplement pas de portes et se ferment avec des volets roulants. 

Une solution pour économiser l'énergie

Le gouvernement prône aujourd'hui une politique d'économies énergies drastiques au regard de la situation mondiale. Un décret interdisant la climatisation des commerces portes ouvertes sera prochainement soumis au conseil d'État. Les contrevenants s'exposeraient à une amende de 750 euros. 

Un coup dur pour l'association des commerçants de Fort-de-France après deux ans de pandémie et de difficultés financières.

Cela tombe comme un couperet, comme une décision hors-sol complètement déconnectée du terrain et qui nous surprend tous en tant que commerçant. Nous allons nous en référer en ce sens à la chambre de commerce et d'industrie de Martinique pour voir comment nous pouvons nous organiser rapidement et efficacement.

Frédérique Dispagne, présidente de l'association Fort-de-France cœur de Martinique, interrogée par Delphine Bez et Olivier Nicolas-dit-Duclos

Les spécificités locales feront l'objet d'un dialogue avec l'État pour l'application de ce futur décret.