Le gouverneur régional engage les rotariens dans la reconstruction de la Dominique

solidarité
Rotary Club
Waddy Sowma (veste bleue au centre), entouré des membres du Rotary Club de Fort-de-France ©Martinique 1ère
Waddy Sowma, le Gouverneur du district 7030 du Rotary Club de Paramaribo Residence (Suriname), vient d'effectuer une tournée dans la région, quelques semaines après le passage des ouragans. Il engage son Club Service dans la reconstruction de la Dominique.
Waddy Sowma, le Gouverneur du district 7030 du Rotary Club de Paramaribo Residence (Suriname), vient de terminer la tournée des clubs de sa région Caraïbe. En Martinique, il a visité les 7 que compte l'île, dont le Rotary Club de Fort-de-France qui fête cette année ses 60 ans d'existence. Il nous a accordé un entretien pour évoquer entre autres, l'action du Rotary pour l'aide aux habitants de l'île de la Dominique, sinistrés depuis l'ouragan Maria en septembre dernier.

Qu’est-ce qu’un rotarien aujourd’hui ?
Waddy Sowma : C’est quelqu’un qui rencontre des amis venant d’horizons divers avec lesquels il échange régulièrement et s’enrichit par des connaissances dans un esprit de camaraderie. Il discute aussi avec eux de certains problèmes dans la communauté dans laquelle ils vivent. Ils décident de planifier et prendre des mesures ensemble pour changer les choses qui ne sont pas si bonnes dans la communauté, en particulier quand il s’agit de d’améliorer les conditions de vie de personnes, sur le plan de l’éducation, de la santé, en lien avec l’endroit où ils résident.

Quel aspect vous a paru essentiel pendant votre séjour en Martinique ?
Waddy Sowma : En tant que gouverneur du district 7030 qui comprend la Caraïbe sud, d’Antigua à Trinidad ainsi que la Guyane Française et le Suriname : vous devez d'abord visiter les 7 Clubs Rotary de Martinique ainsi que les deux Clubs Rotaract et Innerwheel, ce que j’ai fait avec mon adjoint pour la Martinique, très dynamique et efficace, Thierry d’Abadie de Lurbe. Il s’agit de discuter avec eux des buts et objectifs qu'ils ont pour l’année et voir s'ils sont en accord avec le Rotary International et avec le district.

Et bien sûr pour moi cette année, la valeur ajoutée de ma visite à la Martinique est la célébration des soixante ans du Rotary Club de Fort de France (que l’on appelle ici doyen), que j’ai visité à deux reprises. C’est le premier club francophone de la Caraïbe crée en 1957, qui a reçu sa charte du Rotary Club de Paris (le doyen des Clubs de France), qui a ensuite parrainé d’autres Clubs Rotary de Martinique et a permis à la famille Rotary de s’agrandir au fil des ans. Il contribue positivement à l’image publique du Rotary. 
Rotary Club
Déjeuner avec Waddy Sowma et les membres du Rotary Club de Fort-de-France ©Martinique 1ère
À propos du Rotary Club de Fort de France (doyen), que pouvez-vous nous en dire ?
Waddy Sowma : C’est un club qui ne fait pas son âge ! Très dynamique, je leur ai dit : vous n’êtes pas près de la retraite ! Vous avez 20 ans ! J’ai eu plaisir à les rencontrer, j’ai ressenti des "ondes positives et inspirantes" au cours de mon premier déjeuner lundi dernier (13 novembre 2017), et c’est pourquoi j’ai décidé d’y retourner une seconde fois avant de repartir. J’ai tenu à leur témoigner de mon amitié.

C’est un club qui continue à jouer un rôle majeur en matière d’image publique. Par exemple avec l’adoubement de l’Archevêque Monseigneur David Macaire en tant que membre d’honneur et avec leurs futures actions phares à l’occasion du soixantième anniversaire dont une récolte de fonds en faveur de l’illettrisme avec une "dictée VIP" qui sera donnée à un public composé de personnalités. Là aussi, toujours en jouant un rôle majeur en faveur de l’image publique du Rotary à la Martinique.


Si il y a un conseil à donner aux rotariens de Martinique, ce serait lequel ?
Waddy Sowma : J’étais déjà venu à la Martinique en 2014 lors de la Convention de District, où mon ami Hervé Honoré était Gouverneur. Là je reviens en tant que Gouverneur, j’ai tout d’abord été heureux de mes contacts avec eux tous même si il y a la barrière de langue pour certains… Cela étant, je leur conseille donc de visiter régulièrement notre site Internet ( www.rotarydistrict7030.org ) et d'examiner nos possibilités de formation ainsi que les opportunités offertes par le district telles que les enseignements du RLI (Rotary Leadership Institute) tout au long de l’année et je les encourage vivement à les suivre. Plus vous avez une bonne connaissance du Rotary, de bonnes bases en matière de protocole, management, gestion, finances...plus vous êtes en mesure de réaliser de belles choses avec vos amis rotariens au service de la communauté et de booster votre leadership personnel. C’est un préalable indispensable à mes yeux. 

Comment s’est organisé l’aide du Rotary après les ouragans qui ont récemment touché la Caraïbe ?
Waddy Sowma : Après Irma et Maria, les Rotary clubs et les Rotariens du district ont organisé de nombreuses collectes d'eau, de nourriture, d'autres marchandises et équipements, qu'ils continuent encore à envoyer à la Dominique et dans les zones sinistrées. Je sais qu’un projet de cadeaux de Noël pour les enfants de la Dominique est en préparation avec les Clubs de Martinique à l’initiative d’une rotarienne du Club de Portsmouth (Dominique), qui s’est réfugiée en Martinique après l’ouragan et veut œuvrer pour son pays.

Mais il y a une deuxième phase importante à mes yeux et qui démarre : c’est la recherche de projets que nous pouvons soutenir pour reconstruire davantage la Dominique. C'est plus une question de reconstruction et de projets à long terme avec le Rotary International. J’ai rencontré samedi dernier le Premier ministre de la Dominique avec nos amis rotariens dominicais et nous avons évoqué des pistes de projets qui, nous l'espérons, les aideront à sortir de la situation désastreuse dans laquelle ils se trouvent. Il y a tant à faire, nous allons prendre le temps de la réflexion de manière à les accompagner le plus efficacement et possible dans cette phase de reconstruction qui doit reposer sur des normes plus strictes que celles existant précédemment.