Grève générale en Martinique : les revendications des syndicats présentées aux élus et à l'État

social
619d632549b3f_ctm-reunion-intersyndicale.jpeg
Autour de la table, les membres de l'intersyndicale et les présidents du Conseil Exécutif et de l'Assemblée de la CTM. ©Twitter CTM
Pour cette 2e journée de mobilisation en Martinique, les syndicats à l'origine du mouvement ont présenté leur cahier de doléances ce mardi matin (23 novembre 2021) au préfet Stanislas Cazelles. L'après-midi c'est au tour des présidents du Conseil Exécutif, Serge Letchimy et de l'Assemblée Lucien Salibert, d'évoquer les points de revendication.

Un premier pas vers l'apaisement a été franchi ce mardi après-midi (23 novembre 2021. Au cours de ces échanges de près de 2h30, les membres de l'intersyndicale et les présidents de la CTM se sont mis d'accord sur la méthode. 

Cette rencontre confirme le bien-fondé de notre positionnement quant à la suite des opérations pour nous amener à la table des négociations. 

Serge Aribot, UGTM

Concernant les suites de la mobilisation, les syndicats indiquent devoir consulter leur base. 

Tant que nous n'aurons pas un pied dans la salle des négociations, le mouvement ne sera pas suspendu et il ne s'arrêtera pas comme ça.

Serge Aribot, UGTM

(Re)voir le Facebook live de Martinique la 1ère à l'issue de la fin de la rencontre. 

La mobilisation prend une tournure politique

Cette 2e journée de mobilisation, ponctuée de barrages a franchi le cap politique. La Martinique est, à l'identique de la Guadeloupe, entrée dans une phase de revendications. Les discutions amorcées localement se poursuivent ce mardi soir. 

Une rencontre est prévue entre Serge Letchimy et le représentant de l'État, le préfet. De part et d'autre, il y a une volonté de dialogue et de passer en revue l'ensemble des points présentés par l'intersyndicale.