Guilhem Orlahc et Lilian Dauzat terminent en Martinique leur traversée de l'atlantique à la rame

performance
Guilhem Orlahc et Lilian Dauzat
Arrivée de Guilhem Orlahc et Lilian Dauzat dans la marina du Marin. ©Xavier Chevalier

Ils l'ont fait ! Guilhem Orlahc et Lilian Dauzat ont rallié les îles Canaries au Marin en 48 jours à bord de leur rameur océanique. Outre la performance sportive, cette traversée avait un objectif scientifique pour préserver la faune et la flore marine.

Après 48 jours en mer, ​Guilhem Orlahc et Lilian Dauzat ont réussi leur pari de traverser de l’Atlantique en rameur océanique en solo et sans assistance. Le duo a mis pied à terre ce vendredi 8 janvier 2021 au Marin peu après 20 heures 15.

Arrivée de Guilhem Orlahc et Lilian Dauzat dans la marina du Marin

Les deux hommes étaient partis depuis le 22 novembre des Îles Canaries sur leur embarcation longue de 7,3 mètres qui avait déjà traversé trois fois l’Atlantique en 2013, 2015 et 2018.

Pour mener à bien leur projet baptisé "Race of Pure Ocean", ils se sont relayés par quart de 2 heures, ce qui représente environ 1 000 000 coups de rames.

Un enjeu scientifique

 

Leur exploit, au-delà de l’aspect sportif, a pour but d'alerter sur l'état d'urgence de la biodiversité marine et d’aider à la récolte de fonds pour la recherche scientifique sur les océans. Ils dénoncent le réchauffement climatique, la surpêche, la pollution, et les nombreuses autres menaces qui pèsent sur les océans.

L’office du tourisme de l’espace Sud affirme que la biodiversité marine est un enjeu crucial. Hugues Toussay, son président, précise que "plus de la moitié du linéaire côtier de la Martinique, et trois sentiers sous-marins balisés (un au François et deux aux Anses d’Arlet) ont été créés".

Un drame évité de justesse

 

Une aventure qui aurait pu tourner au drame. Pour des raisons de sécurité, les deux rameurs avaient décidé de toujours être attaché à leur rameur océanique. Durant la première moitié de la traversée, les conditions climatiques ont été très dures, avec des creux de plus de 8 mètres.

Le 31e jour, Guilhem Orlahc a chuté dans l’eau, happé par une vague passée sur le ponton. C’est grâce à ce lien entre le bateau et lui qu’il a réussi à rejoindre son coéquipier. Ce dernier affirme qu’à cause de l’état de la mer, il lui était impossible de faire demi-tour. Il précise qu’en l’espace de quelques secondes, il ne voyait plus que la frontale de son partenaire a plus de 30 mètres.

À l’origine, le duo souhaitait participer à la Talisker Whisky Atlantic challenge, la course à la rame la plus dure du monde mais Guilhem Orlahc s’est blessé. Faute de place pour l'édition 2020, les deux trentenaires ont organisé leur traversé en solitaire vers la Martinique.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live