Journée internationale des droits de la femme : Catherine Cayol signe le parcours d'une femme exemplaire

femme
Experts Equilibre
Catherine Cayol. ©Experts Equilibre

Catherine Cayol a été victime de plusieurs accidents cardiovasculaires cérébraux suivi d'un coma. Loin de se laisser abattre, elle a surmonté cette épreuve et a su se surpasser. Elle a repris le cours de sa vie avec force et courage. Elle est aujourd'hui le manager de la Perfecta Martinique.

Si dans notre société matriarcale martiniquaise, la femme "djok" est synonyme de pilier familial indispensable, pour Catherine Cayol cette définition a un tout autre sens.

Pour elle, la femme "djok" demeure un leader chargé de valoriser les autres. 

Le monde s'écroule en un rien de temps

 

Catherine Cayol était responsable commerciale (boulangerie - pâtisserie industrielle et de produits alimentaires) en Martinique, en Guadeloupe  et  en Guyane, chargée de formation des personnels, gestionnaire financier, responsable de promotion de studio d’enregistrement. 

Et puis, un jour, alors qu'elle était en pleine santé, elle a été victime de plusieurs accidents cardiovasculaires cérébraux suivi d'un coma.

Du jour au lendemain, le monde s'est écroulé autour d'elle et la vie prend un tout autre sens. 

Aujourd'hui, elle fait le transfert  de ses expertises sur le groupe qu’elle manage : la Perfecta Martinique.

"Toute la vie est mouvement"

 

Après avoir traversé ces diverses épreuves, je me suis donc retrouvée de nouveau face à des démarches administratives et dans l’obligation de me reconstruire une vie sociale, une vie tout simplement car tout "mon monde s’était effondré".

Catherine Cayol.

 

La motivation de Catherine Cayol est multiple, se reconstruire, travailler pour et avec les autres et de faire de ses diverses expériences un véritable tremplin pouvant accompagner, guider et témoigner que "tout dans la vie est mouvement".

Il appartient à chacun de nous, de puiser en lui, les ressources dont il a besoin pour poursuivre sa route;mon introspection m'a amenée à retrouver en moi le potentiel d’une femme "Leader" dont les projets et l'activité sont liés à celles d'un groupe dans le but de satisfaire des objectifs communs.

Catherine Cayol.

Catherine Cayol ©Daniel Betis

La musique l'a choisie pour manager

 

Ce  rôle  de leader  tourné vers les  autres, Catherine Cayol l'a conservée en dépit de ses accidents vasculaires cérébraux.

Mettre en lumière les autres, valoriser les compétences de musiciens, péréniser  le patrimoine  dans la durée et  l’intemporalité sont devenus ses nouveaux challenges.

On la retrouve manageant la Perfecta Martinique et Pôglo, prenant à bras le corps son rôle de leader chargé de faire progresser les autres. 

Ce désir de faire rayonner nos talents, notre patrimoine et confortée dans ma place de "leader dans l’ombre", me permet plus facilement de créer, de faire des recherches, de me documenter et de construire des projets d’ordres multiples.

Catherine Cayol.

 

Mettre en place la transmission intergénérationnelle 

 

Avec son projet de transmission intergénérationnelle du savoir (langage et codes Perfecta), elle assure un "passage de témoin" articulé autour de six axes majeurs (culturel, pédagogique, social, artistique, écologique et économique). 

Son rêve prend forme et vie. Son visage s’irradie, car la construction de la "Cadence Perfecta" est en marche en milieu scolaire avec des élèves du CM1 à la Terminale. 

Ce sont des ateliers d’initiation/découverte qui offriront au public, en fonction de l’évolution sanitaire une restitution publique d’oeuvres  du groupe mythique, lors d’un concert autour du 50 ème anniversaire de la Perfecta Martinique 

Il faut le faire. La manager abat un travail colossal et se découvre des talents. Elle est aussi auteure compositrice et signe sous le nom de Fayola

De nombreux projets sont en gestation avec des partenaires comme la Sacem, la Dac Martinique et L’Academie Martinique.

Catherine Cayol rappelle qu’elle a toujours envie d’avoir envie pour que le groupe qu’elle manage continue à dire "Nou toujou la épi zot ".