L'Organisation des États de la Caraïbe Orientale coordonne les actions vers Saint-Vincent

solidarité
volcan
Nouvelle éruption explosive du volcan ce vendredi 16 mars 2021. ©UWI Seismic Research Centre

En raison de l'éruption explosive du volcan Soufrière qui se poursuit à Saint-Vincent, le Directeur Général de l'Organisation des États de la Caraïbe Orientale (OECO) a tenu à faire un point sur ses actions.

Dans cette crise, l'Organisation des États de la Caraïbe Orientale (O.E.C.O) joue un rôle de soutien important afin d'organiser la solidarité entre les chefs de gouvernements des différents États membres.


Ainsi depuis fin 2020 et encore plus après l'éruption du volcan, des réunions sont organisées régulièrement. La dernière s'est tenue lundi 12 avril 2021. Ainsi, ce jeudi 15 avril 2021, Dr. Didacus Jules, le Directeur Général de l'O.E.C.O. a fait un point sur les actions en cours en fonction des besoins. 

Sur place, les principales demandes sont : l'eau, la nourriture et l'hébergement pour les évacués voulant rester à Saint-Vincent. Ce sont également les priorités définies par le gouvernement de Ralph Gonsalves.

Sur les 20 000 personnes de la zone rouge à évacuer, il était prévu que 8 000 soient évacuées vers la zone sud de l'île chez de la famille et des amis, et que les 12 000 personnes restantes devaient être évacuées dans des abris.


Mais Saint-Vincent n'a qu'une capacité d'accueil de 5 000 personnes dans ses abris. 
 

Les pays de l'OECO avaient initialement prévu d'évacuer en dehors du pays. Mais avec les personnes réticentes, le plan a été revu et il faut aujourd'hui trouver ou créer des abris sur place pour ce nombre de personnes réticentes à évacuer.


Plusieurs pays sont toujours prêts à accueillir les personnes qui souhaitent quitter l'île. Pour ceux qui souhaitent rester, l'O.E.C.O. envisage de créer des villages temporaires sur l'île, à partir de structures modulaires. 

Sur le court terme, l'O.E.C.O. privilégie une aide de produits de première nécessité coordonnée avec des envois vers Saint-Vincent "via les organisations nationales et les autorités régionales". Selon l'organisation, les initiatives privées, comme les catamarans de particuliers provoquent davantage de difficultés logistiques pour Saint Vincent.

Des solutions sur le long terme sont également à l'étude en collaboration avec l'Union européenne. Il s'agit, comme cela avait été fait à la Dominique après l'ouragan Maria en 2017, que Saint-Vincent assure ces propres besoins en eau grâce à des équipements mobiles de déstalinisation ou de purification.

Il est très difficile de dire combien de temps cette situation va durer. Cependant l'O.E.C.O. table a priori sur au moins 3 mois et a déjà évalué les besoins financiers à hauteur de 100 millions de dollars américains. Ainsi, l'organisation a lancé une campagne de collecte en ligne pour collecter cette somme.
L'Union Européenne s'est déjà engagée à participer à hauteur de 740 000 euros. 

 

O.E.C.O.

L'Organisation des États de la Caraïbe Orientale, O.E.C.O. en français et O.E.C.S. en anglais (Organisation of Eastern Caribbean States), dont le siège est à Sainte-Lucie, fête ses quarante ans d'existence, cette année. Créée en juin 1981, l'organisation est dédiée à l'intégration régionale, sur le modèle de l'Union européenne. La Martinique est membre associé depuis 2015.