La saison cyclonique 2020 est officiellement terminée avec 30 phénomènes nommés

cyclones
intempéries bilan
©DR
La saison cyclonique 2020 se termine officiellement ce 30 novembre. Elle avait débuté le 1er juin. Ni tempête ni ouragan pour la Martinique mais des pluies diluviennes dévastatrices en novembre.
 
La tempête tropicale Arthur ouvre la saison dès le 16 mai avant le début officiel du 1er juin. Après une série de tempêtes tropicales, le 25 juillet, le premier ouragan, Hanna (catégorie 1) touche le sud-est du Texas et le nord du Mexique.

Laura, frappe les Grandes Antilles à l'état de tempête avant de devenir le premier ouragan majeur de catégorie 4 sur le golfe du Mexique, et la côte de la Louisiane le 27 août. Bilan au moins 72 morts dont 31 en Haïti.

En août et septembre une dizaine de systèmes tropicaux prennent naissance au large du continent africain et traversent l'atlantique nord. Jusqu'à 5 cyclones furent actifs en même temps.

Le 18 septembre, la liste des noms prévus pour 2020 s'épuise et pour la seconde fois de l'histoire, après la saison 2005, le National Hurricane Center utilise l'alphabet grec.
 

Ouragans en octobre et novembre


3 ouragans en octobre dont 2 majeurs (Delta et Epsilon). La péninsule du Yucatán (Mexique) et la Louisiane (États-Unis) sont touchées plusieurs fois.

En novembre l'ouragan Eta de catégorie 4 s'abat sur l'Amérique centrale et provoque plus de 250 morts avant de se diriger vers Cuba et la Floride (États-Unis). Le 13 novembre, Iota devint le 31e cyclone de la saison, ce qui égalait le plus grand nombre en une saison de l'Atlantique nord établi lors de la saison 2005. 

L’ouragan Iota est le 31ᵉ système tropical, le 30ᵉ nommé, le 13ᵉ ouragan, le 6ᵉ ouragan majeur et le 1ᵉʳ à atteindre la catégorie 5 de la saison 2020 dans l'Atlantique nord.Jean-Noël Degrace, chef de centre à météo France au Lamentin (Martinique), note que "ce qui est assez intéressant cette saison, c'est que l'activité est très disparate. Il y a peu d'activité entre l'Afrique et les Antilles. En clair, cela veut dire qu'il y a très peu de menaces sur l'arc antillais. Il n'y a eu aucun ouragan, même les tempêtes ont été assez faibles.

Les spécialistes confirment que le réchauffement climatique planétaire aurait plutôt tendance à augmenter la puissance des ouragans formés, qui atteignent plus rapidement les catégories maximales, ainsi que les cumuls pluviométriques associés, plus abondants d'environ 20 à 30 %. 
 

Intempéries sur la Martinique


Les pluies diluviennes enregistrées sur la Martinique entre le 6 et le 15 novembre 2020 restent exceptionnelles hors cyclone ou ouragan. Elles ont provoqué des dégâts sur les axes routiers, des évacuations de maisons, des montées d'eau soudaines et des glissements de terrain.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live