publicité

Label Zéro Chlordécone : la chambre d'agriculture adresse un courrier au Parc Naturel 

Les agriculteurs de la Chambre d’Agriculture ne sont pas du tout rassurés par l’installation du label "Zéro Chlordécone" initié par le Parc Naturel Régional de Martinique. Les réunions avec les représentants des différents secteurs se multiplient.

Cette réunion s'est tenue à la chambre d'agriculture en présence de responsables des organisations professionnelles agricoles. © Chambre d'agriculture
© Chambre d'agriculture Cette réunion s'est tenue à la chambre d'agriculture en présence de responsables des organisations professionnelles agricoles.
  • Maurice Violton
  • Publié le
Dans une salle de la chambre d'agriculture de Martinique, plusieurs représentants des organisations professionnelles sont réunis. Selon certains professionnels, la pollution au chlordécone et plus récemment la création d'un label "Zéro Chlordécone" suscitent des attaques envers la profession.À la suite de différentes réunions de concertation, un comité technique a été mis en place. Ce dernier a arrêté un projet de communication présenté et validé mardi 31 juillet. L'objectif est de rassurer le consommateur, en mettant en avant la conformité de la production agricole locale, par rapport à la réglementation en vigueur.
 

Des questions pertinentes


Et pour cela, les responsables des organisations professionnelles agricoles ont besoin de réponses. Ils ont donc adressé leurs interrogations sous la forme d'un courrier et d'une pétition à la direction du Parc Naturel de Martinique.

Parlons-nous d’un label "Zéro Chlordécone" ou "zéro pesticide" ? Parlons-nous d’un label des sols, ou de ce qui se passe dans les produits ? Quelle est la réelle valeur du zéro ? Un zéro absolu ? Une valeur proche de ce zéro absolu, et donc que deviendraient les seuils des limites autorisées de résidus (MLR), actuellement sur la sellette ?

Autant de questions étendues également aux laboratoires qui feraient les tests. Seront-ils fiables, qui paiera ? Les produits importés seront-ils concernés par les analyses ? La Chambre d’agriculture met sur la table différentes problématiques. Dans cette lettre, pas moins d’une quinzaine de questions attendent des réponses. L’onde de choc du scandale de la molécule continue de se propager...

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play