martinique
info locale

Les enseignants retrouvent la classe avant leurs élèves

rentrée scolaire
Enseignants
Enseignants de l'école de Rivière l'Or entre Fort-de-France et Saint-joseph (31 août 2016) ©Martinique 1ère
Plus de 6000 enseignants titulaires et stagiaires feront leur rentrée à partir d’aujourd’hui (31 août), dans les différents établissements scolaires de l’île. À partir de demain, rentrée des élèves dont les effectifs sont encore en baisse.
Ils seront 77 263 écoliers, collégiens et lycéens à faire leur rentrée scolaire cette année en Martinique, dans le public comme dans le privé. Des effectifs en nette diminution, du fait de la chute démographique qui se confirme chez nous. Une tendance observée depuis déjà une vingtaine d’années. Par an, c’est plus d’un millier d’élèves que notre académie perd. Le nombre d’enfants scolarisés a quasiment été divisé par 4 en l’espace de 20 ans. Cette baisse se ressent essentiellement dans le primaire, également dans le second degré.

En revanche, le rectorat affirme que les postes sont maintenus dans le premier degré pour assurer, notamment la scolarisation des enfants de moins de trois ans. Ce qui explique qu’il y a plus d’enseignants que de classes, sur notre territoire. Cette année, ils sont 5 996 enseignants titulaires, et 191 stagiaires.

Lutte contre le décrochage scolaire

Mais l'académie de Martinique a aussi, un autre défi à relever : le décrochage scolaire. Des efforts ont été entrepris pour endiguer ce phénomène et l’on ressent déjà les premiers effets. En 3 ans, le nombre de décrocheurs a été divisé par deux : ils sont 1 500 aujourd’hui. Le décrochage scolaire est plus important en lycée professionnel, et concerne en grande partie les garçons, c’est plus de la moitié des cas.

Ce phénomène soulève aussi la question de l’illettrisme. Un problème de taille en Martinique, qui concerne 15 à 17% de la population. C’est pourquoi un plan de lutte a été mis en place dans les écoles, dès la maternelle. 32 enseignants supplémentaires interviennent en grand section. Ce dispositif concerne un élève sur deux.  


Publicité