Les médecins du CHUM adressent un courrier à leurs collègues soignants

hôpital
CHUM
Centre hospitalier universitaire de Martinique ©B. Brault
Ce message écrit "à 50 mains" est titré "Ensemble". Au cours de ces deux pages, les médecins du CHUM remercient leurs collègues soignants, mais également tous ceux qui de près ou de loin ont travaillé maintenir l'établissement à flot au cours de ces dernières semaines de crise.

Ces derniers jours, semaines, voire mois ont été très éprouvants pour le personnel hospitalier. Une quatrième vague qui a frappé de plein fouet un hôpital qui lutte contre la Covid-19 depuis près d'un an et demi. 
Ce courrier adressé à leurs "collègues de la communauté hospitalière" a été écrit par les 50 médecins du CHUM (Centre Hospitalier Universitaire de Martinique) et partagé sur la page Facebook de l'établissement. 

 

 

Deux pages dans lesquelles, les médecins tenaient à remercier l'ensemble de leurs collègues.

Nous, médecins, tenons à remercier les plus jeunes d’entre nous, nos internes mais aussi tous les autres soignants, brancardiers, ASH, AS, IDE, IBODE, IADE, kinésithérapeutes, sages-femmes, puéricultrices, diététiciennes, psychologues, manipulateurs radio, cadres et bien d’autres encore, bref tous ceux qui ont été au chevet de nos patients.

 

Sans vous rien n’aurait été possible.

 

Nous avons aussi une pensée pour ceux qui dans l’ombre, dans les secrétariats, les laboratoires, à la pharmacie, en santé publique et hygiène, au service de santé au travail, dans les services techniques, logistiques, dans l’équipe de direction autour de son Directeur Général, bref pour tous ceux qui, dans ces 2e lignes du front, font que les guerres se gagnent.


Une 4e vague très difficile


Ils reviennent sur ces dernières semaines et la quatrième vague particulièrement meurtrière en Martinique. 

Malgré cette solidarité, nous partageons tous un sentiment de tristesse. Ce deuil, nous devons le transformer en détermination, celle de tout faire pour que ce que nous avons vécu ne se reproduise jamais. Dans un monde où les fake news distordent la réalité, les Martiniquais restent hésitants.

 

Nous, qui avons été au combat, devons nous déterminer sur ce que nous avons vécu.

 

Le constat statistique est froid, presque cynique. Notre hôpital a été totalement débordé. Un patient hospitalisé de la Covid sur 5 est décédé durant son hospitalisation.


Les médecins abordent également la question de la vaccination avec le spectre possible d'une "5e vague".

Selon les annonces du préfet Stanislas Cazelles, l’obligation vaccinale pour les soignants devrait entrer en vigueur à compter du 11 octobre 2021.

Pour toutes ces raisons, nous, communauté médicale du CHU pensons qu’avec ou sans la loi, parce que c’est un acte d’exemplarité, de solidarité entre nous, de lutte contre le virus, nous nous devons d’offrir un hôpital vacciné.

 

Bien sûr cette question pourrait nous diviser. Mais notre conviction n’exclut pas d’écouter, voire de soutenir certaines des actions proposées par nos collègues des organisations syndicales. Il n’y aura pas de victoire contre ce fléau sans écoute, sans tolérance, sans humilité, sans chemin commun.


►Selon Serge Aribo, le secrétaire général de l'UGTM santé, 30 % du personnel du CHUM serait vacciné alors que le directeur de l'ARS (Agence Régionale de Santé de Martinique) annonce 60 % du personnel hospitalier.