La Martinique se prépare à l'épidémie de Coronavirus-COVID-19

coronavirus
Coronavirus
©Pixabay.com
Olivier Véran, le nouveau ministre des Solidarités et de la santé, prépare la France à une épidémie de Coronavirus-COVID-19. Quelles sont les mesures de prévention et d'action mises en place en Martinique par l'Agence régionale de santé, l'aéroport, le port et le CHUM ? 
Si le nouveau ministre de la santé Olivier Veran n'est pour l'heure pas alarmiste à propos de l'épidémie du coronavirus, il prévient  que "la situation internationale préoccupante doit nous inciter à renforcer les mesures d’endiguement afin d’être prêt à réagir à tout moment à la prise en charge d’une chaîne de transmission sur notre territoire".


"Épidémie de coronavirus : la France s'est préparée à faire face"
- Olivier Veran ministre des Solidarités et de la santé 


Voyez la déclaration du ministre de la santé à propos du coronavirus (23 février 2020).

Toutes les agences régionales de santé mobilisées


Le directeur général de la santé, le Pr Jerôme Salomon, a demandé à toutes les ARS (Agence régionales de santé) de "déclencher le plan Orsan REB afin de mettre en oeuvre les mesures de gestion des tensions hospitalières et des situations sanitaires exceptionnelles". 

Il a notamment déclaré (24 février 2020) à nos confrères de France Info que l’épidémie qui en découlerait imposerait la mobilisation de tous les professionnels de santé. 

"Malgré toutes ces mesures mises en œuvre, l’évolution internationale de l’épidémie liée notamment à la contagiosité du virus rend probable l’installation d’une circulation active du virus sur le territoire national".
- Pr Jérôme Salomon directeur général de la santé 

 

Il ajoute  "Ce qui est important, c'est de détecter rapidement toute personne contagieuse. C'est d'ailleurs pour cela qu'on aura sans doute beaucoup de cas dans les prochaines heures. [...] Le nombre de cas en cours d'investigation doit augmenter."
 

La Martinique parée à toute éventualité 


En Martinique, l'ARS (Agence de santé régionale) est en position d'alerte risque épidémique et biologique. Une CRAPS (Cellule régionale d'appui et de pilotage sanitaire) interne a été mise en place depuis le 14 février nous a précisé lundi matin (24 février 2020) Alain Blateau directeur de la veille et de la sécurité sanitaire à l'ARS. 
 

"Le niveau de prévention est très élevé par rapport aux risques mais c'est indispensable. Nous avons le même dispositif qu'en France" 
- Alain Blateau directeur de la veille et de la sécurité sanitaire à l'ARS.


Toutes les zones d'entrée des voyageurs en Martinique sont quadrillées par ce dispositif. 

►A l'aéroport Aimé Césaire (Lamentin), 12 agents sont mobilisés depuis vendredi (21 février 2020)  et travaillent en relais pour informer les passagers, qui reviennent d'une zone à risques (Chine, Macao, Singapour, Hong Kong, la Lombardie en Italie), sur la conduite à tenir s'ils devaient présenter des symptômes (toux, éternuement, se moucher). 

Des affiches d'information sont apposées aux postes de police pour inciter les passagers à se présenter aux contrôles sanitaires aux frontières en cas de doute sur leur état de santé. 

Des précisions sont données également verbalement et 5 masques sont donnés à chaque personne provenant d'une zone à risque pendant les jours gras. 

Les passagers qui transitent ►par bateau jusqu'en Martinique font également l'objet d'une surveillance toute particulière. 

24 H avant leur arrivée (procédure habituelle), le capitaine du navire fait parvenir une DMS (déclaration maritime de santé) à la capitainerie. 
Si des passagers ont des syndromes grippaux, une vérification supplémentaire sur leur provenance est prévue.

►Le CHUM (Centre hospitalier de Martinique) est en mesure d'accueillir les cas suspects de coronavirus ainsi que les cas confirmés. Des chambres spécifiques leur sont réservées.

Alain Blateau, rappelle que toute personne susceptible d'être porteur du virus (c'est-à-dire présentant un syndrome grippal et revenant de la zone concernée par l'alerte internationale) doit appeler le 15 (SAMU). 
 

Si vous pensez que vous êtes porteur du virus, appelez le 15 qui se chargera de faire une évaluation. Mais n'allez pas voir votre médecin , n'allez pas aux urgences, restez chez vous pour éviter toute éventuelle contamination. 
- Alain Blateau directeur de la veille et de la sécurité sanitaire à l'ARS. 


Une cellule de suivi des contacts de cas confirmés est mise en place à l'ARS en lien avec la cellule de Santé publique France.

À l'heure actuelle, il n'y a pas de cas avérés en zone Caraïbe, ni en Amérique du Sud, peu aux États-Unis et au Canada. C'est donc de l'Europe en général et de la France en particulier que pourrait venir le virus.

"Ce qui compte dans cette situation de crise, c'est de ne pas épuiser les équipes avant une éventuelle épidémie mais il faut bien le faire savoir, l'ARS en Martinique est prête à toute éventualité comme en France" conclut Alain Blateau. Si le Samu l'estime nécessaire, la personne  sera transportée selon une procédure bien précise dans ce type de situation. Elle ne croisera aucune autre personne jusqu'à son admission au CHUM.  Autre disposition prévue par l'ARS, le centre hospitalier du Marin viendrait en seconde ligne dans le cas d'une épidémie déclarée. 

"On se prépare dans les mêmes conditions que sur les autres territoires français avec un dispositif qui monte en puissance au fur et à mesure des besoins" précise le directeur de la veille et de la sécurité sanitaire à l'ARS. 
Une cellule de suivi des cas confirmés est mise en place à l'ARS.
 

Les symptômes

 

Les symptômes décrits évoquent principalement une infection respiratoire fébrile. Certains cas présentent également des difficultés respiratoires et des anomalies pulmonaires.

D’une manière générale pour les infections à coronavirus, dans les cas plus sévères, le patient peut être victime d’un syndrome de détresse respiratoire aigu, d’une insuffisance rénale aiguë, voire d’une défaillance multi-viscérale pouvant entraîner un décès.

Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes présentant des pathologies chroniques présentent un risque plus élevé.

Un numéro 0800 130 000 (appel gratuit) 


Le ministère des Solidarités et de la Santé a activé depuis le 1er février la plateforme téléphonique d’information "Nouveau coronavirus".

Un numéro gratuit 0800 130 000 est accessible à partir d'un poste fixe (appel gratuit depuis un poste fixe, 7 jours sur 7, de 9 h à 19 h, heure de Paris) permet d’obtenir des informations sur le COVID-19 et des conseils si vous avez voyagé dans une zone où circule le virus ou côtoyé des personnes qui y ont circulé et jusqu'à 19 h (heure Paris) pour toutes les questions hors urgences sur le coronavirus. 

Cette plateforme n’a pas vocation à recevoir les appels des personnes qui ont des questions médicales liées à leur propre situation : en cas de doute, si elles ont séjourné dans une zone où circule le virus et ont des symptômes évocateurs (fièvre, toux, difficultés respiratoires), c'est le 15 qu'il faut appeler.
 

Conseils d'hygiène élémentaires 


L'OMS (organisation mondiale de la santé) rappelle les conseils élémentaires d'hygiène. 
Voyez ce qu'en dit l'organisation.
©OMS

 
Le point sur le coronavirus Covid 19 en Europe et dans le monde
Selon l'AFP (Agence France Presse) et le service de Santé publique, le bilan actuel (22 février 2020) du coronavirus en France est d'1décès et 10 patients guéris.
Plus d'une soixantaine de Français sont par ailleurs encore en quarantaine dans l'Hexagone.

Dans le monde
76 740 cas confirmés de Covid-19, dont 75 484 cas en Chine (98,4%) et 1 256 cas hors Chine
2 247 décès en Chine, 1 en France, 2 à Hong-Kong, 1 au Japon, 1 aux Philippines, 2 en Iran, 2 sur le bateau de croisière "Diamond Princess", 1 à Taïwan, 1 en Corée du Sud

Au total, 5 continents touchés 
Asie hors chine continentale :  532 cas
Europe : 47 cas
Amérique : 25 cas
Océanie : 17 cas
Afrique : 1 cas
Autres : 634 cas sur un bateau de croisière au large du Japon

L’épidémie de coronavirus contamine l’Europe avec plus de 150 cas détectés dans le nord de l’Italie, où des mesures de confinement de la population ont été prises.
La France se prépare à une possible « épidémie » de Covid-19, selon le ministre de la Santé Olivier Véran, qui se dit « attentif à la situation en Italie » et estime « très probable » la possibilité de nouveaux cas en France.

Le virus, apparu en décembre dans la ville chinoise de Wuhan, a tué 2.442 personnes et en a contaminé quelque 77.000 en Chine continentale, hors de laquelle il a touché une trentaine de pays et territoires y faisant 26 morts.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live