Mi Chans Matinik avec Yan Monplaisir, se positionne comme un "rassemblement d’intelligence collective"

élections
Yan Monplaisir
Karine Mousseau, Yan Monplaisir et Sylvia Saithsoothane. ©Martinique la 1ère

Yann Monplaisir est l’invité ce matin (mardi 20 avril 2021) de Bertrand Caruge dans Sa Zot ka di. Il sera tête de liste pour la prochaine élection territoriale à la tête d'un mouvement baptisé "Mi Chans Matinik" qui veut donner une nouvelle impulsion à la politique martiniquaise

Les atermoiements de ces derniers temps, les divergences entre membres de la majorité du Gran Sanblé Pou Ba Peyi-a An Chans, sur le traitement de dossiers dont le chantier de l'eau potable à Séguineau (Lorrain), ont fini par mettre à mal cette majorité de travail à la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique).

Pas de surprise donc que Yan Monplaisir se présente à ce scrutin, malgré ses affirmations de ne se consacrer qu’à sa seule commune de Saint Joseph.

"On ne peut laisser le libre champ à l’équipe majoritaire actuelle" 

 

L'actuel premier vice-président de l’Assemblée de Martinique dit avoir été sollicité notamment par le conseil municipal de sa commune.

"Trop de désaccords ces derniers mois, trop d’avis divergents. On ne peut donc laisser le libre champ à l’équipe majoritaire actuelle de diriger la politique du territoire", argumente Yan Monplaisir.

Des colistiers expérimentés

 

Pour cela Yan Monplaisir s'entoure de valeurs sûres (les femmes) de Ba Peyi-a an Chans. On retrouve entre autres, les conseillères exécutives Marinette Torpille et Sylvia Saithsootane et les élues de l'Assemblée, Karyne Mousseau et Diane Montrose.

Viennent aussi s’ajouter l’une des fortes personnalités de l'Assemblée, Fred Lordinot, qui depuis des mois affiche une opposition farouche aux décisions prises par la majorité.

Et puis viennent également renforcer les rangs et pas des moindres, Yvonne Trizt, conseillère municipale et communautaire du Marin,  Daniel Marlet conseiller municipal de Saint Joseph, le jeune conseiller municipal du Gros Morne Jonathan Tabar ou des personnalités du monde économique et ancien journaliste, comme Guy Flandrina.

Mi Chans Matinik veut fédérer les forces vives

 

Mi Chans Matinik se positionne comme un "rassemblement d’intelligence collective" qui se définit comme un mouvement avec une âme dont la finalité est de produire une nouvelle offre politique pour le territoire.

La liste est pour l’heure loin d’être arrêtée. Reste à connaitre les têtes de section. Un rassemblement avec des personnalités, mais aussi des ambitions personnelles qu’il faudra plus ou moins satisfaire.