martinique
info locale

Municipales : plus que cinq mois avant l’échéance

élections
Elections municipales (écharpe)
Les maires remettront leur écharpe en jeu les 15 et 22 mars 2020. (Photo d'illustration) (MAXPPP) ©(Photo d'illustration) (MAXPPP)/France infos tv
Dans quasiment cinq mois jour, le 22 mars 2020, la France connaîtra ses 36 000 nouveaux maires, dont les 34 de Martinique. Combien seront fraîchement élus ?
 
Les municipales de mars 2020 seront-elles l’occasion d’un renouvellement du personnel politique communal ? Combien de maires en place seront réélus, et combien seront battus ? Seuls les électeurs ont la réponse, au bout de leur bulletin de vote.

Il n’y a pas de règle en la matière, mais un simple constat saute aux yeux. Les élections municipales tenues depuis celles de 1959, les premières de la Ve République, se traduisent par une relative stabilité du corps électoral. La plupart du temps, les maires candidats à leur succession sont reconduits.

Bien entendu, il existe de nombreuses exceptions. Nul n’est maire à vie. Cependant, nos édiles ayant effectué un mandat rempilent souvent pour un second voire un troisième. C’est ensuite que les choses se gâtent pour ceux qui souhaitent entamer un quatrième mandat de six ans. Ceux-là prennent un risque d’être défaits. Ce qui est assez fréquent.


Combien de maires seront réélus ?


Ces constats ont été établis pour les 60 dernières années. Rien ne permet d’affirmer que les maires ayant bouclé leur premier mandat seront réélus en 2020. La bonne fortune politique n’est pas automatique. Ce serait trop simple. Rien n’autorise non plus à supposer qu’ils seront battus.
Ne serait-ce que parce que plusieurs d’entre eux sont en train de faire leurs preuves. La durée du mandat municipal, six ans, n’est pas suffisamment longue pour changer de maire à tout bout de champ.

La lourdeur des procédures administratives et le budget limité expliquent largement la lenteur des réalisations programmées ou promises.
Une équipe municipale a besoin d’un minimum de 10 à 12 années pour inscrire son empreinte dans l’histoire et le paysage de sa commune. D’où la longévité de nombreux élus locaux, maires, adjoints ou conseillers municipaux. Une longévité toute relative, laissée à la libre appréciation du citoyen, le véritable arbitre de la vie politique.
 
Publicité