publicité

Nos dirigeants sont-ils au niveau des enjeux politiques ?

Conflit du Parc naturel, panne du TCSP, naissance difficile de la CTM : autant de blocages politiques suscitant la colère des uns ou les moqueries des autres, ici ou là. Il en va de la crédibilité de nos élus.

Quelques élus, en majorité de la Collectivité Territoriale de Martinique © JC Samyde
© JC Samyde Quelques élus, en majorité de la Collectivité Territoriale de Martinique
  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le
Absence de dialogue, manque de concertation, nécessaire unité, consensus : ces expressions font florès depuis quelques semaines au sujet des pratiques de nos élus politiques. Des mots reflétant l’incompréhension, le ras-le-bol et l’impatience des citoyens face à l’impossibilité pour nos dirigeants de se parler franchement et clairement pour débloquer des situations bloquées.

Il y a un peu de naïveté derrière ces incantations. Les adversaires d’hier peuvent aussi être des adversaires de tous les jours. Il y a un peu d’ignorance aussi, quant aux mœurs de nos dirigeants dont certains ne peuvent pas supporter la vue de tel autre. Fort heureusement, la plupart de nos élus savent travailler ensemble, au-delà de leurs désaccords. Il reste que ces appels à la concorde pour relancer un pays en panne sont légitimes. Le peuple en a assez de ces bisbilles où se mêlent règlements de comptes politiciens, querelles de chapelles ou inimitiés personnelles. Trois exemples éloquents provoquent tantôt l’exaspération, tantôt la risée des uns et des autres.

Tout d’abord, l’interminable conflit ouvert au Parc naturel, sur fond de licenciement contesté de son directeur général. Où est passé le droit dans cette affaire ? Ensuite, l’incompréhensible avortement du TCSP. Un imbroglio qui va finir en chanson de Carnaval. Enfin, le maelström de la CTM, qui ne trouve pas son équilibre au bout de deux ans d’existence. Et ce, autant à cause des lacunes de la loi l’ayant institué que par le génie déployé par ses acteurs à épaissir le dialogue de sourds.

Faut-il mettre ces polémiques insolubles sur le compte de mœurs politiques archaïques ? L’abstention faramineuse observée lors des dernières élections territoriales et législatives sonne le signal de l’agrandissement du fossé séparant notre élite politique du peuple dont elle est l’émanation. La Martinique est-elle condamnée à ressasser cette incapacité de nos élus à surmonter leurs divergences, bien minces, au fond ? Comme le disait le poète guadeloupéen Sonny Rupaire, pestant contre le nombrilisme : « jik a ki tan nou ké makayé migan lasa ? ».

Sur le même thème

  • éditorial

    Comment peut-on encore vendre des êtres humains?

    Des esclaves en 2017 en Libye : l’indignation se propage en Afrique et dans la Caraïbe depuis la diffusion, la semaine dernière, d’un reportage de la chaîne américaine CNN sur un marché aux esclaves près de la capitale, Tripoli. Entre surprise et ignorance, que faut-il en dire ?

  • éditorial

    L’apocalypse climatique planétaire est pour demain

    La Conférence mondiale sur le climat s’est achevée ce samedi 18 novembre à Bonn (Allemagne). Triste constat : les déclarations enflammées et les discours intelligents ne déclenchent pas encore le nécessaire changement de nos comportements pour contenir le réchauffement du climat.

  • éditorial

    L’usine sucrière du Galion est-elle menacée de disparition ?

    L’Assemblée de Martinique a opté pour une solution technique provisoire, la réparation de la chaudière abîmée de l’usine sucrière du Galion. Une décision laissant en suspens l’avenir de cette unité industrielle, pièce importante de notre patrimoine économique.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play